Nous sommes actuellement le Lun Août 20, 2018 10:22 am
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Un dôjô particulièrement cosmopolite

Présentation de dôjô dans le monde entier.

Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par karatejapon » Mar Août 21, 2012 6:36 pm

A l'occasion d'un déplacement à Singapour, au mois de juin, nous avons saisi l'opportunité de visiter un dôjô local.

Si le petit Etat d'Asie du sud est n'est guère étendu, il n'en compte pas moins onze dôjô affiliés au Kyokushinkaikan et une vingtaine d'autres représentants diverses Ecoles.
La branche locale est dirigée par Peter Chong Shihan, hachidan, membre du Comité Directeur du Kyokushinkaikan. Celles et ceux qui s'en souviennent ont pu le voir exécuter une démonstration spectaculaire lors du Festival des Arts Martiaux, voici quelques années.
Ses deux plus proches collaborateurs ne sont autres que son fils, Shihan godan et Patrick Teo Shihan, également godan et premier vice président de l'association singapourienne de Kyokushinkai karatedô.

Une particularité: le Gurkha Contingent dôjô n'est pas ouvert aux civils, à l'inverse des dix autres. Seuls les membres des forces armées du pays y ont accès. Le Chef de Corps Forman est d'ailleurs un fervent pratiquant et encourage ses hommes à suivre cette Voie.

Nous avons donc opté pour le Chinese Dojo où officiait ce soir là Patrick Teo Shihan.

Après quelques difficultés à trouver l'endroit, mais bien aidé par les îlotiers de la police singapourienne (compétents, serviables et forts sympathiques) nous arrivons dans un centre proposant de nombreuses activités aux habitants du quartier. De la danse de salon aux fléchettes en passant par les échecs, le volleyball et le...karatedô, entre autres possibilités (25 activité recensées).

Alors que les charmantes jeunes filles de l'accueil nous renseignent, le Shihan arrive au bureau pour récupérer les clés.
Les présentations faites nous produisons notre carte internationale de yûdansha et le Shihan nous invite à le suivre, au deuxième étage. Il est ouvert, sympathique et se dit très content de notre visite. Fort aimable, il refuse tout paiement de notre part.

De prime abord les lieux sont pour le moins spartiates, l'entraînement s'effectue en extérieur, sur une terrasse en ciment de 200 mètres carrés environ. Pas de vestiaire, les toilettes font l'affaire.
Les deshi déjà présents ouvrent alors une remise et en sortent tatami, sacs de frappes vite accrochés, portrait du fondateur et dôjô kun.
Il est près de 19:30, la nuit est tombée mais la température est encore de 27° avec un taux d'humidité frisant les 70%. Surprise! Les élèves installent près des tatami deux gros ventilateurs qui nous offriront un semblant d'air frais.

Les deshi, comme au Japon, viennent saluer tous les porteurs d'une ceinture noire, avant le début du cours. Politesse et respect sont de rigueur ce qui n'a rien d'étonnant.

Nous serons plus d'une vingtaine à participer à l'entraînement ce soir là. Et on trouve de tout: des Singapouriens des diverses ethnies (chinoise, malaisienne, indienne), une expatriée Japonaise, une Anglaise, un Russe et un Suisse. Le dôjô compte plusieurs deshi Nippons et même deux Français, absents ce jour là. Les étrangers représentent 20% des pratiquants de Singapour.

Le cours débute par des étirements puis suit le canevas classique établi au Japon, à savoir kihon, idogeiko et kata. Chaque partie achevée deux minutes sont accordées afin de s'hydrater, ce qui n'est pas un luxe mais bien une nécessité.

Le Shihan propose ensuite un intéressant travail au sac en forme de circuit.
Il s'agit de frapper une minute sur chacun des trois sacs, de façons différentes. Coups rapides et rythme élevé sur le premier, puis coups lourds tout en puissance sur le deuxième et reprise du rythme tout en vitesse pour le dernier. Pour finir, techniques explosives sur les pattes d'ours tenues par un partenaire, tout en déplacement. Le circuit sera répété trois fois.

Afin de terminer comme il se doit, nous finissons par cinq fois deux minutes de sparring, à 50% de puissance, avec un partenaire différent à chaque tour, tous grades confondus.

Le cours s'achève systématiquement par les saluts et la lecture du dôjô kun, par un yûdansha. Elle est réalisée en anglais tout comme le cours dispensé dans cette même langua franca. Ainsi tout le monde comprend de quoi il retourne, au delà des origines diverses et variées des pratiquants.

Nous souhaitons remercier Parick Teo Shihan, ses assistants et l'ensemble de ses élèves pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé.
Si vous passez par Singapour n'hésitez pas. Le Shihan enseigne dans divers dôjô, selon les jours et toujours dans celui ci le mardi. Les étrangers sont toujours les bienvenus.

Singapore Karate-Do Federation
PO Box 718 Robinson Road Post Office
Singapore 901418
Téléphone: 94308383

Chinese Dojo
Kolam Ayer Community Club
3188 Geylang Bahru, Singapore 339717
Téléphone: 62935572/62964011
Responsable: Patrick Teo Shihan, assisté de plusieurs Senpai.

Cours de 19:30 à 21:30, lundi et mardi. L'inscription permet de pratiquer dans plusieurs dôjô.
Pour celles et ceux qui connaîtraient Singapour, le dôjô est atteint en 45 minutes maximum au départ de la station Clarke Quay, en centre ville. Quatre stations puis l'autobus pour quelques kilomètres.
Dernière édition par karatejapon le Ven Oct 05, 2012 12:37 pm, édité 1 fois.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par JEJOU » Jeu Août 23, 2012 12:05 am

Bonjour et merci pour cette adresse; je vais être un peu hors sujet mais qu'est ce que la carte internationale de yûdansha ? Est-ce une carte réservée pour une fédération particuliére ? Si je comprends bien, grace à elle, on a la possibilité d'aller s'entrainer dans des dojos étrangers ?
"La mort n'est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c'est mourir tous les jours ". Napoléon Bonaparte
JEJOU
 
Message(s) : 83
Inscription : Dim Avr 25, 2010 7:25 pm
Localisation : corréze

Message par liptonic » Jeu Août 23, 2012 4:05 am

Quand tu t'inscris à l' IKO (Kyokushinkai), tu as une carte d'adhérent valable dans le monde entier.
2 types de cartes : pour les ceintures noire (yudansha) et pour les ceintures de couleur (donc jusqu'au 1er Kyu).
Elle te sert à prouver que tu fais partie de l'IKO et, normalement, elle est demandée lorsque tu veux participer à des cours dans d'autres dojos. Une sorte de CI du Kyokushin :)


Excellent article, très vivant et rempli d'informations! Un grand merci.

PS : oubli très minime mais je crois qu'il manque le prénom du premier fils.
liptonic
 
Message(s) : 805
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Message par JEJOU » Jeu Août 23, 2012 11:13 pm

Merci Liptonic
"La mort n'est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c'est mourir tous les jours ". Napoléon Bonaparte
JEJOU
 
Message(s) : 83
Inscription : Dim Avr 25, 2010 7:25 pm
Localisation : corréze

The next generation

Message par karatejapon » Dim Août 26, 2012 6:31 pm

Peter Chong Shihan a deux fils: Jackie, lui même Shihan godan donc, et James, Sensei sandan. Tous deux se sont entraînés à Tôkyô, au honbu dôjô.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Carte et/ou lettre d'introduction

Message par karatejapon » Ven Oct 05, 2012 12:43 pm

Après quelques recherches, le système de cartes IKO a également cours au sein d'autres organisations, bien logiquement.
Selon les groupes, une lettre d'introduction est souvent malgré tout requise afin de pouvoir s'entraîner. C'est notamment le cas à Singapour pour la branche locale de la Gôjû ryû.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par liptonic » Ven Oct 05, 2012 1:51 pm

Tu m'as perdu : pour les IKO, faut-il en plus de la carte de membre une lettre d'introduction lorsque l'on désire faire un entraînement dans un dojo qui n'est pas le sien?
Auquel cas, cette recommandation n'est-elle utile que lorsqu'on est mudansha?

Merci ;)
liptonic
 
Message(s) : 805
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Pour faire plus simple

Message par karatejapon » Ven Oct 05, 2012 4:38 pm

Désolé d'avoir été trop cryptique liptonic.
Pour faire simple - et ceci ne vaut qu'au sein de l'IKO -: présentation de la seule carte pour les ceintures noires. En dessous, carte et lettre d'introduction rédigée généralement par le Branch Chief si on est étranger, que ce soit au Japon ou ailleurs. Dans le cas des personnes pratiquant au Japon et se rendant à l'étranger, il s'agira alors du Branch Chief dont on dépend (niveau régional ou autre) ou bien directement du honbu dôjô.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par liptonic » Sam Oct 06, 2012 4:21 am

Merci, maintenant j'arrive à suivre :wink:
liptonic
 
Message(s) : 805
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par karatejapon » Jeu Jan 22, 2015 3:37 pm

Suite au départ de Patrick Teo Shihan du groupe dirigé par Peter Chong Shihan, les adresses données dans l'article à la base de ce fil de discussion ne sont plus nécessairement référencées en tant que dôjô membres du Kyokushinkaikan. Cette organisation n'est plus représentée que par cinq dôjô à Singapour, si l'on exclut celui réservé aux forces armées singapouriennes.
A ce jour Patrick Teo Shihan n'aurait pas décidé du devenir du groupe qu'il dirige maintenant. Peter Chong Shihan étant le représentant de l'IKO dans la ville état, une exclusion reste possible.
A noter, un nouvel Instructeur Japonais, Suzuki Sensei, est maintenant chargé de cours à Singapour.

Merci à Alex Ang Senpai pour ces informations actualisées. Promu shôdan et Instructeur en 2014, il se trouve actuellement au Japon pour trois mois afin d'étudier la façon de donner les cours au honbu dôjô.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par liptonic » Ven Jan 23, 2015 9:22 am

Peut-on savoir les raisons de cette scission -si elles sont connues?
Merci.
liptonic
 
Message(s) : 805
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par karatejapon » Ven Jan 23, 2015 12:06 pm

Pas d'informations certaines à ce jour mais il semblerait qu'il s'agisse d'un problème de personnes, pas de divergences fondamentales au niveau de la pratique.
Quoiqu'il en soit, le groupe de Peter Chong Shihan s'est vite remis en selle avec de nouveaux dôjô et de nouveaux Instructeurs. Dommage tout de même car lors de cette visite, nous avions ressenti une grande solidarité entre les pratiquants et les enseignants ainsi qu'une sorte de figure titulaire incontestable en la personne de Peter Chong Shihan.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par Sua » Ven Jan 23, 2015 6:13 pm

Merci pour ces informations réactualisées . C'est bien d'avoir un site qui colle à l'actualité au Japon et aussi dans d'autres pays .
Peut on savoir pourquoi il a y eu séparation ? Le sensei Japonais a été envoyé par le honbu dojo à cause des ces problèmes ? Merci.
Sua
 
Message(s) : 187
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par karatejapon » Sam Jan 24, 2015 12:58 am

Vraisemblablement "problèmes de personnes", avec tout ce que cette expression peut recouvrir. Vastes possibilités donc mais nous n'en savons pas plus pour le moment.
Suzuki Sensei est un homme d'affaires qui vivait déjà à Singapour. Il n'a donc pas été envoyé par le honbu dôjô mais "recruté" localement.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3696
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Un dôjô particulièrement cosmopolite

Message par liptonic » Mer Mars 18, 2015 5:09 am

Intrigué je suis allé fouillé sur le web anglophone (entre deux réunions..). Il apparaitrait que Patrick Teo Shihan ait rejoint le WKO de Kenji Midori. Il aurait aussi amené avec lui quelques instructeurs (1 Shihan et 5 Sensei) de l' IKO Singapore.
Toujours en relation avec ce que j'ai lu (traduction angl-> fr) l'IKO SGP aurait informé Patrick Teo Shihan ainsi que Bong Kim Shihan de ne pas utiliser le mot ou le nom Kyokushin, le Kanku, du Kanji voire même de le mot Shin (Nouveau en anglais) pour ShinKyokushin. Le groupe IKO prend ceci très au sérieux et, en cas de non respect de ces règles, n'hésitera pas à intenter une action en justice à leur encontre.
Apparemment, Peter Chong Shihan aurait été très décu qu'ils quittent l'IKO pour un groupe mené par quelqu'un de moins expérimenté que lui (Kenji Midori) qui aurait de surcroit lui aussi quitté l'IKO, le tout sans consultation du groupe et sans préavis.

Voila pour les news.
Dernière édition par liptonic le Sam Mars 21, 2015 8:24 am, édité 1 fois.
liptonic
 
Message(s) : 805
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Suivant

Retour vers Carnet d'adresses

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron