Nous sommes actuellement le Dim Sep 22, 2019 1:32 am
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Jon Bluming Mas-Oyama et la Kyokushin Ryu

Les différentes Ecoles de karate au Japon sans exclusive.

Jon Bluming Mas-Oyama et la Kyokushin Ryu

Message par cardinal » Dim Avr 20, 2008 10:40 pm

Je viens de lire ce texte que je ne connaissais pas sur Sosaï Oyama d'après un de ces éléves : Jon Bluming. Ce texte m'a semblait "en première lecture" très dur envers Masutatsu Oyama et la kyokushin Ryu. Est ce qu'un membre du forum pourrait me donner son avis sur ce texte et je pense que cela intéressera particulièrement les "Kyokus" :wink:
Voici le lien du texte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Masutatsu_Oyama.

Osu!
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Message par cardinal » Dim Avr 20, 2008 10:41 pm

Pour une question de simplicité voici le texte :

Les histoires de Mas Oyama, par Jon Bluming
Témoignage de Jon Bluming

MAS OYAMA STORIES par Jon Bluming

Dans le passé, j'ai évité de discuter des affaires du "célèbre" Karaté Kyokushin. J'avais besoin de temps pour réfléchir à ce que j'avais à dire, et je voulais être le plus honnête possible envers la mémoire de mon vieil ami et professeur Mas Oyama.

Il a beaucoup fait pour moi, m'ammenant au karaté et me donnant un nouveau but dans la vie. Ce qui changea complètement ma vie, pour le meilleur. Pour moi, Oyama fut comme un père que je n'ai jamais eu. Par le passé, il me montra tout ce qu'on a besoin de savoir pour être un professeur, et m'aida lors de moments difficiles. D'un autre coté, je suis fatigué de tous ces racontars qui ne montrèrent pas la réalité des faits.

Je vais donc dire ce qu'il en était. Les articles décrivant Oyama en train de se préparer pour le grand championnat de karaté de 1947 sont plutôt drôles. Particulièrement les américains qui ont combattu les japonais lors de la seconde guerre mondiale, devraient le savoir. Mc Arthur fut le grand "Honcho" au Japon depuis Aout 1945 jusqu'à la guerre de Corée, et déclara qu'il n'y aurait plus aucun budo au Japon jusqu'à ce qu'il en décide autrement. Il confisqua même tous les sabres des samourais sur lesquels il put mettre la main, et les fit jeter dans la baie de Tokyo. Cela représenteraient des centaines de milions de dollars aujourd'hui. Il ne plaisantait pas, et personne n'osa désobéir à ses règles.

Autour de 1948, le judo recommença a être pratiqué au vieux Kodokan de Suidobashi. Le karaté se pratiquait principalement au Shotokan où les combats ne furent pas autorisés avant la fin des années 1950, ainsi qu'au Gojukai et Wado-Ryu, où les sparring étaient si doux qu'une lèvre ouverte ou un nez qui coule mettait les officiels en état de choc. Donc, s'il y a peut-être eu quelques clubs de boxe professionnelle où le combat se pratiquait sur une base de KO, un championnat de Karaté à Tokyo fondé sur cette même base était hors de question.

Lorsque l'on écoute les histoires du passé, il faut se souvenir que les japonais sont de très bons conteurs. Si l'histoire est bonne, ils ne vérifient pas sa véracité. Encore aujourd'hui je rencontre des gens qui entendirent leur père ou grand-père parler des bagarres que j'étais censé avoir eues dans ma jeunesse. Cela ne m'étonne plus, et je suis lassé d'expliquer à ces gens que ces histoires sont impossibles parce que dès que l'on frappait quelqu'un, on était de suite amené au poste de police, jugé et envoyé en prison ou jeté hors du pays. J'admets avoir eu quelques bagarres, mais toujours avec des témoins qui confirmèrent que ce n'était pas moi qui les avait déclenchées.

En ce qui concerne les 270 combats d'Oyama aux Etats-Unis, il faut se souvenir qu'il s'était implanté la-bas comme lutteur professionnel. Depuis quand les combats de lutte professionnels sont au même niveau [qu'un "vrai" combat] ? Tout ce qu'Oyama me raconta à ce sujet fut que les lutteurs américains étaient fous, leur lutte hypocrite et pré-arrangée, et qu'en tant que combattants, ils étaient faibles. A mon avis, l'essentiel de ce qu'il faisait était de casser des briques ou autre chose entre les matchs. S'il avait jamais combattu n'importe quel lutteur professionnel américain, réellement combattu, je pense qu'ils aurait battu la plupart d'entre eux très facilement.

L'histoire concernant les combats de taureaux d'Oyama n'est pas vraie. Il n'a jamais rencontré un "vrai" taureau, car il ne s'est jamais rendu en Espagne. Je doute même qu'il ne se soit jamais fait saigner [par le bœuf] car il ne m'en a jamais parlé, alors qu'il avait l'habitude de tout me raconter. Kurosaki Kenji était là, et me raconta ce qui s'est passé. Ils allèrent tôt le matin dans un entrepôt dans la préfecture de Tateyama. Les ouvriers préparèrent un vieux bœuf bien gras en frappant l'une de ses cornes avec un marteau afin de l'attendrir. Oyama ne tua pas le bœuf, il ne fit que briser sa corne attendrie.

Oyama nous montra à Bill Backhus et moi-même le film 16mm Combat contre un taureau en 1959. J'ai déjà dit qu'Oyama n'a jamais montré ce film en Europe parce que ça semblait trop bidonné et tout le monde se rirait de lui. Autant que je sache, personne d'autre n'a revu ce film depuis. Même les célèbres championnats d'Oyama de 1970 ne sont qu'une blague. A cette époque, les étrangers n'étaient pas autorisés à gagner. Pour empêcher cela, Oyama faisait se battre les "gaijins" [étrangers] d'abord entre eux et bien entendu, surtout les meilleurs entre eux. Comme tout le monde voulait gagner, les blessures étaient terribles. Pendant ce temps, il mettait le meilleur japonais contre des japonais moins bons de son école, qui avaient conscience de leur rang et bien sûr, ne tentait pas d'y aller trop fort. Ainsi cela se passait plus facilement.

Occasionnellement, au cours des phases finales, l'arbitre accordait une décision favorable à un bon combattant étranger sur un japonais. Dans ce cas, Oyama se levait, rouge de colère. Puis il appelait l'arbitre à sa table et réussissait à faire renverser la décision, ce qui était contraire à toutes les règles sportives. Lisez le livre de Nakamura Tadashi, ou allez lui parler à New York. Il est vraiment ému et triste à ce sujet.

Oyama était un jeune homme fort, mais je ne l'ai jamais vu se battre contre qui que ce soit, même pas dans son propre dojo. Donc ses "incalculables rencontres" et "challenges" ont du avoir lieu avant la période où je l'ai connu. Kurosaki Kenji m'a dit qu'ils ont du avoir lieu avant lui également, ce qui nous ramène à 1952, alors qu'ils s'entraînaient tous les deux au dojo de Gogen Yamaguchi à Tokyo. Donc je pense qu'il n'a peut-être même jamais combattu de toute sa vie.

Mais il fut un bon professeur, qui a entraîné de nombreux très bon combattants, et ses livres furent très populaires. Quand j'ai lu son premier livre What is Karate ? (1957), je fus réellement impressionné. J'étais dans son second livre This is Karate (1965), et j'ai eu l'opportunité de voir comment il faisait les choses.

La chose qui m'impressionnait le plus était le monkey business (business de singe, selon les propres mot d'Oyama), autour des casses. Je ne savais pas cela lors de ma première démonstration de casse aux Pays-Bas. Comme j'avais lu dans le livre d'Oyama What is Karate ? que quelqu'un était capable de briser 25 tuiles d'un coup, j'ai simplement amené avec moi 25 tuiles que j'avais trouvé sur mon chemin. Je me suis dit que 25 c'était beaucoup, car celle-ci étaient lourdes et paraissaient dures. Alors j'en ai juste placé 8 l'une sur l'autre et donné tout ce que j'avais. Je l'ai fait, mais je me suis presque cassé le poignet. Bien sûr, je me suis demandé comment ce type pouvait en briser 25.

Et bien je le découvris en travaillant sur le livre This is Karate. Je suis allé vérifier l'empilement de tuiles qu'ils avaient préparé et regarder celle du dessus. Elle me fit penser à du papier, elle était si légère, et sur la face du dessous, il y avait une ligne creuse provenant de la cuisson, tout le long de la tuile. Ainsi, le milieu de la tuile n'était probablement épais que d'un millimètre. Je n'ai aucun doute qu'un poulet de 110 livres pourrait s'en sortir avec 25 tuiles de cette sorte !

Les briques n'étaient pas différentes. Elles étaient cuites de façon spéciale et si quelqu'un s'appuyait dessus, elles s'effritaient. Son bois était aussi très léger. Au sujet de sa célèbre casse de bouteille, d'abord vous préparez la bouteille en passant une pierre pointue autour du cou de la bouteille. De cette façon, lorsque vous frappez la bouteille, elle se casse le long de la ligne gravée. Kurosaki Kenji fut le seul qui m'impressionna réellement avec ses casses. Avec sa tête, il brisa deux briques rouges à la télévision britannique. Le sale son de craquement horrifia toute l'assistance. J'étais un bon casseur également, mais j'ai payé le prix de mes erreurs. Ce qui m'amène à la casse de glace. Lorsque vous brisez des morceaux de glace, faites bien attention. Car sinon, vous allez frapper la glace avec votre poignet au lieu de votre shuto (sabre de main), et vous casser le poignet au lieu de la glace. Cela m'est arrivé en 1975.

Au cours d'une démonstration, Loek Hollander avait arrangé pour chacun d'entre nous plusieurs gros morceaux de glace. Ce que je n'ai su que plusieurs années plus tard, c'est qu'il s'était arrangé pour que des ouvriers coupent ses propres blocs presque à moitié en utilisant des fils de diamant, et regèlent ensuite les blocs afin que personne ne remarque les coupures. D'un autre coté, mes blocs étaient solides. Quoi qu'il en soit, Loek brisa ses trois blocs avec tant de facilité que j'en oubliais la règle concernant le poignet, et me brisai immédiatement le petit os en dessous du poignet. Je fus tellement en colère que j'ai refrappé directement, et brisé la glace quand même. J'eu un plâtre pendant les six mois qui suivirent.

Comme je l'ai dit plus haut, j'ai ouvert en 1963 mon propre budo club appelé "Budokai". Kurosaki Kenji me rejoint en 1966, au moment où Oyama commençait à s'appeler lui-même "la main de Dieu". Même la presse japonaise rit de cela. En 1990, nous avons changé le nom du club en "Kyokyushin Budokai" et, en 1966, quelques amis et moi-même le renommèrent "International Budokaikan" [problème avec ces dates ?]. Aujourd'hui, il y a de nombreux clubs associés et quelques très bons combattants. Au Budokai, nous n'enseignons pas de kata, seulement le combat. A l'exception de Don Draeger. Je n'ai jamais connu de champion de kata qui pouvait battre ma grand-mère en randori si elle avait son parapluie avec elle. Pour ne pas avoir trop de blessures, nous fournissons aux élèves beaucoup de coaching et supervision. Mais comme la méthode japonaise consistant à frapper [giffler ?] les gens en ligne ne fonctionne pas en Europe, nous ne faisons pas faire à quelqu'un ce qu'il ne veut pas. Ainsi, les standards sont aussi élevés que ce que l'individu le souhaite. Ce qui peut être très élevé, puisque les équipes que nous envoyons aux tournois de Full-Contact gagnent généralement. Par exemple, à Tokyo en 1993, Chris Dolmen, notre seul 9è DAN, devint le premier champion "Free-Fighting". Entre 1994 et 1997, les équipes Budokai ont remporté les "All-Round Karate Championship" de Tokyo. En conséquence, les japonais ne nous laissent plus participer aux compétitions.

Malheureusement, on ne gagne pas beaucoup d'argent à enseigner le Budo de cette façon. Aujourd'hui je suis à la retraite, mais pour gagner ma vie étant jeune, j'ai pris un partenariat dans un casino à 50%. Ce travail m'occupait beaucoup, surtout la nuit. J'ai aussi joué dans sept films mais le cinéma ne paye pas en Hollande, et j'ai donc fini par arrêter. Entre la charge de travail et la misère politique au sein de l'European Kyokushin Kaikan en 1971, j'avertis Oyama que j'étais trop occupé pour être à la tête de l'organisation, et que je devais laisser ce travail à Loek Hollander. Oyama était bouleversé. Il m'a supplié, mais je voulais arrêter. Au final, il accepta et donna à Hollander cette fonction. À partir de ce moment, Hollander s'en mit plein les poches et tua le Kyokushin Kaikan. Je pense maintenant que donner le leadership à Hollander fut la chose la plus stupide de toute ma vie.

En 1976, nous étions avec quelques potes en Corée, pour recevoir une décoration pour notre service durant la guerre de Corée. Ensuite, ma femme et moi-même nous installèrent à Tokyo, où je pus visiter le Honbu Dojo du Kyokushinkai pour la première fois depuis plusieurs années. Dans la rue, juste devant il y avait des guardes. L'endroit ressemblait à un repère de Yakuza - et c'est le cas, pour ce que j'en sais. Bien qu'il aimait à s'appeler "la main de Dieu", tout le monde appelait Oyama "Monsieur 10%". Ceci à cause de ses relations avec divers politiciens et businessmen, incluant l'un de ceux du Time Magazine appelé "The Godfather" (le Parrain) du Japon. Parmi les "jeunes lions" du siège du Kyokushin Karate d'Oyama (en 1985), Necef Artan raconte comment les élèves d'Oyama passaient 4h par jour à demander aux commerçants de Tokyo d'afficher des posters dans leurs vitrines. De telles activités seraient considérées comme du racket en europe ou en amérique. Mais au Japon, les politiques et les yakuza vont main dans la main, et aucun ne fait du business sans l'autre. Quoi qu'il en soit, je suis entré par la porte, et monté par les escaliers vers le bureau d'Oyama. Bien qu'Oyama n'était pas là, les vieux souvenirs revinrent et je senti ma gorge se serrer. Les jeunes ceintures noires postées comme des gardes ne m'avaient visiblement pas reconnu, même si ma photo était accrochée au mur. L'un d'eux vint pour me stopper, alors je lui lançai mon regard le plus froid possible, et lui dit en japonais qui j'étais, et ajoutai que que s'il me touchait, il serait converti en crêpe immédiatement. Le pauvre garçon en a presque fait une attaque cardiaque, car Oyama leur avait raconté plein d'histoires à mon sujet. Lorsque je reparti, les garçons touchèrent mon bras ou mon épaule et dirent qu'ils étaient honorés. J'ai parlé avec Oyama un peu plus tard le même jour et nous dinèrent dans un très cher restaurant de "Bœuf de Kobe".

Alors qu'Oyama s'en alla pour laver ses mains, son épouse me dit qu'il souhaitait me voir de retour au Kyokushin Kaikan. A son retour, nous en avons donc parlé et je lui dit que j'essayerais une seconde fois s'il acceptait de se débarrasser d'abord de Loek Hollander. Mais il ne voulait pas. La dernière fois que je vis Oyama vivant fut en 1983. J'étais en visite en Corée, et un général Coréen me demanda ce que je faisais comme travail. Lorsque je lui répondis, il me dit qu'il avait un ami de passage du Japon, qui était un célèbre professeur de karaté appelé Oyama. Surpris, je lui racontai mon histoire. Le général se mit à rire et me dit : « Maintenant je sais pourquoi votre nom m'est familier - vous êtes Bluming , la Bête d'Amsterdam ! ». Puis il appela Oyama et arrangea une entrevue. Le vieil homme était vraiment content de me voir, et nous avons eu une bonne conversation. Il dit qu'il m'enverrai un billet d'avion en première classe afin que je vienne à Tokyo l'année suivante. Il était même d'accord pour se débarrasser de Loek Hollander. Mais en Novembre 1983, je reçus une lettre du Kyokushin Kaikan disant qu'il ne voulait pas me voir de retour, et que je devrais plutôt m'occuper de mes affaires. Il semble que Loek Hollander avait raconté à Oyama au cours d'une conférence mondiale que j'étais un gangster, et que j'avais braqué une banque avec un pistolet. J'admets que j'étais associé dans un casino, mais c'est loin d'être la même chose qu'un gangster. Qui plus est, si je dévalisais les banques à main armée, je n'aurais jamais été choisi pour être garde du corps pour le Prince Bernhard des Pays Bas en 1986, 1991 et 1996. Quoi qu'il en soit, Oyama avait cru à cette histoire, ainsi qu'un certain nombre de gens. Peu de temps avant sa mort, Oyama se rendit compte que j'avais raison et que Loek Hollander avait tout faux. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui vous ne trouverez aucun article sur Loek Hollander, ou même une photo avec son nom dans aucun magasine sur le Budo japonais. Oyama l'a interdit. Pour mettre les choses au clair, Oyama envoya même Maeda Akira, 7e DAN, aux Pays-Bas à l'automne 1993. En Avril 1994, il était prévu que j'aille à Tokyo pour parler à Oyama alors que je reçu un fax disant qu'il venait tout juste de mourir d'un cancer. J'ai pleuré et pleuré. J'étais si triste, en colère et frustré.

Au cours de mois suivants, j'ai eu plusieurs rencontres avec les nouveaux leaders du Kyokushin Kaikan. Loek Hollander était encore là et lui, et ses sbires m'accusaient encore d'être plus intéressé par l'argent que par le budo. Pendant ce temps, les japonais en parlaient comme de la chose la plus importante sur Terre - mais ne réussissaient toujours pas à mettre en place une équipe qui pourrait gagner contre le shoot-boxing, ce qui est à mes yeux un style très faible de free fighting. Voila la fin de l'histoire.

En ce qui concerne Mas Oyama, on trouve écrit dans les enseignements du Bouddha : "Un élève peut-il être en colère contre son professeur" ? Plus l'élèves est dévoué, plus il a de privilèges ! Mais ces privilèges n'incluent pas les mensonges. Je peux sembler amer, mais je ne le suis pas. Mas Oyama a complètement changé ma vie, pour le meilleur de celle-ci. Il avait un grand cœur et était un excellent professeur. Pour le reste, j'aurais aimé que la politique soit moins présente dans les diverses organisations de karaté et judo. J'aurais aimé être meilleur diplomate, car cela m'aurait aidé. J'aurais aimé qu'il ne meurt pas, car sa mort signifie que je ne peux plus lui parler, ou lui dire l'amour que j'ai toujours pour lui, à cause des vieux jours. J'aurais aimé que les japonais ne soient pas tant nationalistes, fiers et prétentieux, et qu'ils donnent à Don Draeger tout le crédit qu'il mérite en tant que professeur, coach, combattant et écrivain. Mais ce qui me rend le plus triste, c'est de devoir reconnaître que ce que l'on fait passer pour le budo n'est en réalité rien d'autre que du "Monkey Business" (commerce de singe).
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Message par cardinal » Dim Avr 20, 2008 10:45 pm

Le lien donné plus haut ne fonctionne, désolé, voici le bon :
www.fr.wikipedia.org/wiki/Masutatsu_Oyama
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Histoire; mensonges, fantasmes et réalité

Message par karatejapon » Mar Avr 22, 2008 6:11 pm

Nous allons essayer de répondre point par point et donner quelques informations à propos de ce texte. Pas de parti pris délibéré mais une vision objective appuie nos idées ainsi que nos études et recherches personnelles au Japon et aux Etats Unis.

Le Néerlandais Jon Bluming fut effectivement un élève proche du fondateur de la Kyokushinkai.
Sa réputation, dans son propre pays, reste controversée comme son personnage. C'est d'ailleurs aussi le cas de Gerard Gordeau, passé par le Kyokushin karate sous la férule de ce professeur puis par la boxe française et le kickboxing.

L'histoire voulant que le Proconsul Douglas Mac Arthur ait fait jeter des sabres dans la baie de Tôkyô est totalement fausse. Elle a longtemps couru dans un cercle de pseudo initiés et soit disant connaisseurs de l'histoire du Japon.
En fait ce serait même le contraire car, pour l'anecdote, c'est sur ordre du vainqueur de la Guerre du Pacifique qu'un cargo chargé de plusieurs tonnes de sabres en partance pour les Etats Unis fut redirigé vers le port par la marine américaine. Ces armes restèrent donc au Japon.

Le Général Douglas Mac Arthur était bien trop fin politique pour braquer les Japonais contre la pourtant toute puissante Amérique. Il voyait déjà se profiler les débuts de la Guerre Froide et avait conscience du rôle déterminant que le Japon tiendrait face à l'expansion soviétique en extrême orient. L'Empereur Hiro Hito eût d'ailleurs la vie sauve en tant que symbole utile pour relever le Japon de ses cendres, sur décision du Président Harry Truman, conseillé en ce sens par le Proconsul depuis son quartier général du Daiichi Building, à Tôkyô.

Tout ce qui précède est vérifiable à la Librairie du Congrès à Washington DC (minutes, messages militaires, communications, etc.).
Selon nous il ne s'agit que d'une "légende urbaine", ancienne et à la peau dure mais sans aucun fondement sérieux.

Dire qu'il n'y avait pas de combats (kumite?) avant la fin des années 50 est faux. Il suffit pour s'en convaincre de lire les biographies des pratiquants de l'époque. Leurs dires sont corroborés par une autorité incontestable en la personne de l'historien des Arts Martiaux qu'était l'Américain Don Draeger. Ce personnage restera l'un des plus grands spécialistes des Arts Martiaux japonais des années 1950.
Nous possédons des revues spécialisées américaines reproduisant certains de ses écrits, dans les années 70. Tout est clair en ce domaine.
Pas de compétitions officielles avant 1957 certes mais des entraînements plus que virils.
Une autre source tendant à appuyer notre idée n'est autre que le regretté Kase Taiji Sensei. Nous avons eu le privilège de le recevoir chez nous et le visiter à son domicile. Le Maître nous a plusieurs fois fait le plaisir de parler des années d'immédiat après guerre et de la pratique de l'époque. Contredire son témoignage relève, selon nous, de la fumisterie pure et simple.

Nous abonderons dans le sens de Jon Bluming quand il estime les Japonais bons conteurs. Nous ajouterons même excellents mystificateurs face à des étrangers crédules pour la plupart.
Ne connaissant pas assez son parcours nous nous abstiendrons de commenter sur sa jeunesse que certains de ses compatriotes qualifient de turbulente.

Concernant le périple d’Oyama Masutatsu Sôsai aux Etats Unis, il est tout à fait vrai qu'il s'agissait de promotion et que ses combats le mettaient aux prises essentiellement avec des catcheurs professionnels.

Pour les taureaux, seul un pratiquant peu avancé ou aveuglé par la personnalité du fondateur de la Kyokushin ryû croira qu'il s'agissait de bêtes féroces. Par contre Jon Bluming omet de dire que plusieurs démonstrations avec des bêtes destinées à l'abattoir ont eu lieu, devant les caméras de la télévision japonaise.
Dans cette affaire, le tort que l'on pourrait imputer à Oyama Masutatsu Sôsai serait celui d'une mise en scène excessive. Néanmoins il faut replacer tout cela dans le contexte de l'époque et la crédulité ambiante, amusante voire ridicule avec notre vision d'aujourd'hui.
N'oublions pas que le jeune immigré Coréen était aussi fort habile dans le domaine des relations publiques et de l'auto promotion.

Nous ne sommes pas persuadé que la caution de Kurosaki Kenji soit des plus impartiales. Avec tout le respect qui lui est dû, cet ancien karateka quitta son professeur afin de fonder le premier club de kickboxing de l'archipel sur des bases bien plus commerciales que le Kyokushinkaikan. Rien de répréhensible à cela certes mais les relations entre les deux hommes connurent plus de bas que de hauts et les règlements de comptes a posteriori restent sujets à caution. C'est du moins notre avis.

Pour en revenir au film en question, il a été vu et revu par des millions de personnes à travers le monde et doit être pris pour ce qu'il est. C'est à dire une démonstration sans grand danger, destinée avant tout à impressionner un public friand d'exploits physiques. A nouveau, tout cela dans un style très "fifties" totalement suranné.

Il est vrai que les Japonais furent largement privilégiés face aux combattants étrangers lors des premiers tournois organisés par la Kyokushinkai. Ce fait reconnu (par les observateurs impartiaux du moins) a d'ailleurs longtemps perduré.

Sur les combats - présumés ou réels - auxquels aurait pris part Oyama Masutatsu Sôsai, il est évident que l'exagération domine. Cela étant dit, comme Kase Taiji Sensei nous le confiait il y a quelques années, les bagarres étaient fréquentes dans les grandes villes. Les pratiquants d'Arts Martiaux étaient largement sollicités pour des missions peu recommandables de protection et autres règlements de comptes. Ce milieu du karate de l'époque sous entendait de mettre en pratique ses connaissances en combat et nous ne doutons pas de la participation du créateur de la Kyokushinkai. Simplement, le nombre de ces bagarres n'a pas du être aussi important qu'il l'a laissé croire. Malgré tout, il est difficile d'imaginer une "victime habituelle" être suivie par de nombreux élèves et pouvant fonder sa propre organisation. Dans sa jeunesse, et au delà de la légende et de l'enjolivement classique, Oyama Masutatsu Sôsai a fait preuve de ses capacités en combat à main nue; ça semble évident.

L'accusation de fraude concernant le tameshiwari appelle au moins deux commentaires.
Nous croyons tout d'abord qu'effectivement, lors de certaines démonstrations, le côté spectaculaire a prévalu et entraîné l'utilisation de quelques "trucs".
Néanmoins, de nombreuses personnes ont depuis reproduit des casses spectaculaires lors desquelles les spectateurs ont pu vérifier l'absence de trucages. Il en fut de même à la télévision japonaise dans les années 1970, notamment pour les bouteilles de bière "décapitées" par Oyama Masutatsu Sôsai lui même.

Pour la casse de glace, nous nous bornerons à rappeler que plusieurs pratiquants Kyokushinkai brisent régulièrement des pains épais et "non préparés". Ayant nous même participé à l'installation des pains de glace pour les deux dernières éditions du Festival des Arts Martiaux, nous pouvons affirmer qu'ils étaient compacts et n'avaient fait l'objet d'aucune préparation particulière facilitant l'exercice.
A nouveau, la chaîne japonaise NHK possède dans ses archives des images de casse réalisées par le fondateur de l'Ecole. Les pains de glace étaient là aussi soigneusement vérifiés.
Maintenant on peut toujours crier à la conspiration et au trucage.

"La main de Dieu" est un "gimmick" inventé par la presse américaine. Oyama Masutatsu Sôsai a certainement eu tort de reprendre ce surnom, bien mièvre aujourd'hui.

Nous pourrions présenter à Jon Bluming des champions de kata très efficaces en combat. Son assertion relève de l'exagération, à notre humble avis.
Notons par ailleurs que les tournois dont il est fait mention étaient limités en nombre de participants et donc peu significatifs. Libre à lui d'intégrer des structures plus importantes afin de rechercher une confrontation de meilleur niveau.
Nous restons toujours sceptiques quant à la valeur des ces organisations de taille modeste dont les combattants sont quasi invincibles et dont tout le monde a peur.

Que Loek Hollander Shihan soit le fossoyeur du Kyokushinkaikan semble exagéré. Le responsable Néerlandais de l'organisation n'est certes pas un être parfait dénué de toute velléité de gagner de l'argent mais pourquoi alors est-il resté à son poste de responsabilité? Pas de masochisme de la part des Japonais tout de même...?

Nous ne nous prononcerons pas sur 1976 mais il ne faut pas imaginer le Honbu dôjô comme un repaire de yakuza. Si nous côtoyons certains mafieux lors de nos entraînements à Tôkyô il ne faudrait tout de même pas se faire trop d'idées (fausses surtout).
Les autres Ecoles de karate comptent aussi nombre de pratiquants peu recommandables au sein de leurs dôjô. C'est ainsi.
Maintenant il est de notoriété publique que le Kyokushinkaikan a vu passer des yakuza et que les relations troubles ne sont pas étrangères à son fondateur. A nouveau, nous citerons feu Kase Taiji Sensei qui expliquait que c'était ni plus ni moins qu'un moyen de subsistance pour les pratiquants d'après guerre.
Les temps ont bien changé mais certaines habitudes furent effectivement longues à disparaître.

En conclusion, nous dirons qu'il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre et que personne n'est parfait.
Par ailleurs, la Kyokushinkai a survécu à son fondateur et continue de former des karateka d'exception, ce qui n'est déjà pas si mal.
Enfin, la publicité et tout ce qui va avec ne peut expliquer le succès jamais démenti d'un homme qui n'était pas irréprochable mais avait une véritable substance et du charisme ainsi qu'une réelle bienveillance pour ses deshi, pas que des apparences.
Dernière édition par karatejapon le Lun Jan 09, 2012 2:29 am, édité 12 fois.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4109
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par karatejapon » Mar Avr 22, 2008 9:10 pm

Juste un ajout car je viens de relire l'article et pris un nouveau temps de réfléxion.

Si je comprends bien, ce texte été écrit après le décès du fondateur de la Kyokushinkai. C'est un peu dommage car il est toujours plus facile de parler d'une personne après sa disparition.
Ceci ne remet pas en cause certaines assertions vérifiées de Jon Bluming. Ni même - quelque part - son honnêteté. Il s'agit plutôt d'une vision personnelle et pas toujours objective assortie d'une certaine méconnaissance de l'Histoire en général et de celle de son Ecole d'origine en particulier.

Bien entendu, tout ce qui précède n'engage que karatejapon à l'aune de ses connaissances et recherches mais aussi de son objectivité. Personne n'est idôlatré sur ce site, pas même Oyama Masutatsu Sôsai dont certains travers avaient déjà été évoqués dans au moins un autre article.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4109
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par cardinal » Mar Avr 22, 2008 9:43 pm

Merci de ton efficacité et de tes précisions, cher webmestre, depuis que je suis tombé sur ce texte, j'ai effectué pas mal de recherches et je te rejoins dans ton analyse. Sosaî Oyama n'était qu'un homme comme un autre, avec ses qualités et ses défauts, mais comme d'autres grand maitres il avait ce "petit quelque chose en plus", qui fait qu'il a marqué l'histoire et qu'on ne l'oubliera jamais. En tout cas, moi petit pratiquant, je lui serais éternellement reconnaissant d'avoir crée le Kyokushin Karaté-Do avec ses techniques et surtout ses valeurs que j'essaye de m'appliquer tous les jours.
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

D'autres Grands furent critiqués

Message par karatejapon » Mer Avr 23, 2008 5:52 pm

Content de voir que d'autres que nous cherchent aussi afin de forger leur opinion en toute connaissance de cause.

D'autres "idoles" du karatedô ont été tantôt adulées, tantôt critiquées et vouées aux Gémonies.
Ce fut le cas pour Yabu Kentsu Sensei dont certaines personnes ont reproché l'inculture et la brutalité alors que d'autres louaient ses capacités hors norme de combattant.
Funakoshi Gichin Sensei lui même ne fut pas épargné par la critique. Quasiment déifié par nombre de karateka, des voix discordantes s'élevèrent (particulièrement à la fin des années 1990) pour affirmer qu'il ne connaissait que peu de kata et n'était qu'un piètre combattant. Vrai ou pas, cela n'enlève rien au fait qu'il a su imposer l'Art Martial d'Okinawa au Japon et se montrer un pédagogue d'exception.
Comme dans le cas du fondateur de la Kyokushinkai, le père de la Shotokan ryû a su léguer un héritage bien vivant de nos jours.

Mais il en va du karatedô comme des modes; on rejette un jour ce qu'on adorait la veille.
Alors la solution consiste peut être, comme dans la presse spécialisée japonaise, à garder l'esprit ouvert et ne point laisser des sentiments quels qu'ils soient prendre le pas sur une objectivité de bon aloi et à rechercher en toute circonstance.

Pour conclure, nous reprendrons un point évoqué par Jon Bluming.
Les magazines d'Arts Martiaux japonais ne se moquent pas des habitudes et manies relevées chez Oyama Masutatsu Sôsai, son goût prononcé pour la publicité particulièrement. Plus charitables - ou plus sages? - ils replacent tout cela dans le contexte de l'époque et n'oublient pas les aspects positifs que l'ancien élève évoque, lui, de façon brève comme une garantie d'une impartialité supposée mais non avérée.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4109
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par lianshu » Dim Déc 21, 2008 5:32 pm

Je viens de lire cet article fort interressant, bien monté et bien contre -argumenté.

J'ai cherché sur le site les propos de senseï Oyama vis à vis de Lee Jun Fan (Bruce Lee) mais je ne trouve pas.

Dois-je ouvrir un autre sujet ?

Cordialement,

Lianshu.
lianshu
 
Message(s) : 35
Inscription : Dim Déc 14, 2008 7:37 pm
Localisation : 38470 Vinay

Message par Nobunaga » Dim Déc 21, 2008 5:58 pm

Salut,

Merci d'avoir fait remonter le topic, je n'avais pas lu l'article moi non plus. La démystification de la vie de Sensei Oyama tant que celle de O Sensei Funaokochi sont nécéssaires, il me semble. L'un comme l'autre sont à prendre avec des pincettes, l'important, c'est de ne pas croire tout ce qu'on raconte. On pourra dire ce que l'on veut, autant pour Sensei Funakochi que pour Sensei Oyama, ont laissé ce quelque chose en plus qui fait qu'ils seront toujours au devant des critiques que ce soit positif ou non.


Pour ce qui est de Bruce Lee, il me semble avoir déjà lu un article quelque part.

Après recherche, il y' a un poste ICI . En fait, c'était un hors-sujet, post numéros 5 et 6.

Il y' a d'autres thread qui parlent de Bruce Lee :

- http://www.karatejapon.net/forum/viewto ... =bruce+lee
- http://www.karatejapon.net/forum/viewto ... =bruce+lee


+
Nobunaga
 
Message(s) : 31
Inscription : Lun Avr 16, 2007 2:52 pm

Message par lianshu » Lun Déc 22, 2008 6:11 pm

Merci Nobunaga,

cordialement,,
Lianshu
lianshu
 
Message(s) : 35
Inscription : Dim Déc 14, 2008 7:37 pm
Localisation : 38470 Vinay

Message par Mustafa Jean-Andre » Sam Déc 27, 2008 12:25 am

Parfois dans ce qui est raconté, il est difficile de démêler ce qui est vrai, et ce qui est inventé. Le réel et l'imaginaire, depuis longtemps, s'amusent à s'unir, à se séduire, à se bouder et à se fuir. Mais "L'IMAGINATION EST LA REINE DU VRAI", a dit (je crois bien ) Baudelaire. Et le contraire est tout aussi exact. Le vrai donne naissance à l'imaginé.
TOUT EST DONC VRAI.
A ce propos, un auteur sud-américain, dont malheureusement j'ai oublié le nom, a écrit quelque part que nous connaissons et racontons deux sortes d'histoires, celles qui sont vraies et celles qui sont inventées. Mais, ajoute cet auteur, et je ne peux que l'approuver, car tout l'art du conteur est ici mis en cause, "une histoire inventée doit paraitre vraie, et une histoire vraie doit paraitre inventée". (Jean-Claude Carrière "contes philosophiques du monde entier" Plon)
TOUT EST POSSIBLE A CELUI QUI CROIT!
Site: http://kyokushin-seinan.kazeo.com/
Site: http://s-d-a.kazeo.com/
Mustafa Jean-Andre
 
Message(s) : 276
Inscription : Mar Jan 29, 2008 8:38 pm
Localisation : Saint-Michel (France)

Message par cardinal » Sam Déc 27, 2008 12:45 am

à méditer... :wink:
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Message par cardinal » Sam Jan 30, 2010 1:57 pm

Sur le nouveau Karaté Bushido de ce mois (Février 2010 n°1002) un article très bien écrit par Patrick Lombardo sur John Bluming (toujours aussi chambreur !) à lire donc. Vous allez finir par croire que je suis VRP de ce magazine!!!
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Message par Shoto » Sam Jan 30, 2010 11:40 pm

Pour ceux qui ne possèdent pas la revue, n'y a-t-il pas moyen de nous livrer en deux lignes le (les) scoop révélés dans l'article?
Shoto
 
Message(s) : 356
Inscription : Sam Jan 26, 2008 2:48 pm

Message par Mustafa Jean-Andre » Dim Jan 31, 2010 2:01 am

cardinal a écrit :Sur le nouveau Karaté Bushido de ce mois (Février 2010 n°1002) un article très bien écrit par Patrick Lombardo sur John Bluming (toujours aussi chambreur !) à lire donc. Vous allez finir par croire que je suis VRP de ce magazine!!!


Seulement VRP? :lol:
TOUT EST POSSIBLE A CELUI QUI CROIT!
Site: http://kyokushin-seinan.kazeo.com/
Site: http://s-d-a.kazeo.com/
Mustafa Jean-Andre
 
Message(s) : 276
Inscription : Mar Jan 29, 2008 8:38 pm
Localisation : Saint-Michel (France)

Suivant

Retour vers Les Ecoles

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron