Nous sommes actuellement le Mar Nov 24, 2020 10:03 pm
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Le Shihan Eddie Emin et la Kyokushinkai

Les différentes Ecoles de karate au Japon sans exclusive.

Le Shihan Eddie Emin et la Kyokushinkai

Message par Sua » Dim Juin 14, 2020 10:23 am

Je ne sais pas si j’ai bien placé ce nouveau sujet mais comme il y en a déjà un du même style sur John Bluming sur ce forum j’espère ne pas me tromper .
Je voudrais savoir si le webmaster connaît cette histoire de critiques très fortes contre Oyama Sosai , très proches de ce que John Bluming avait écrit . Dans ce cas ce serait en Australie avec l’interview dans un magazine d’Arts Martiaux avec le Shihan Emin qui vient de ce pays .
Sua
 
Message(s) : 372
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Same old story

Message par karatejapon » Dim Juin 14, 2020 4:04 pm

Dans la mesure où, effectivement, on trouve sur ce forum un article concernant les propos diffamatoires de Jon Bluming Shihan visant le Kyokushinkaikan, ce fil de discussion est plutôt bien placé. D'autant plus que la problématique est assez similaire avec Eddie Emin Shihan.

Il convient d'abord de brièvement présenter ce personnage. Il fut l'un des - sinon "le" - pionniers du Kyokushin karatedô en Australie. Nous vous laissons le soin d'effectuer des recherches plus avant sur la toile, si vous le souhaitez. S'il est toujours en vie, il doit avoir environ quatre vingt dix ans. Sachez néanmoins qu'un de ses élèves les plus connus est Judd Reid, ancien uchi deshi du fondateur de l'Ecole. Eddie Emin Shihan possède le huitième dan d'un groupe très minoritaire revendiquant l'héritage d'Oyama Masustatsu Sôsai. Et c'est bien là que la bât blesse.

Pour répondre maintenant clairement à la question de Sua, il se trouve qu'il y a plusieurs années de cela, le Shihan a accordé un entretien au magazine australien d'Arts Martiaux Blitz, plutôt réputé dans son pays pour son sérieux. Après avoir encensé durant des décennies le fondateur du Kyokushinkaikan, il a déclaré à la revue que lors d'un voyage au Japon il avait combattu Sôsai lui-même et lui avait infligé un knockdown. A cette première affirmation quelque peu étonnante, il a ajouté avoir voulu aider son Maître à se relever et que celui-ci en aurait profité pour le frapper par surprise (traîtrise?) d'un tsuki en pleine bouche, lui cassant ainsi deux dents.
Plusieurs problèmes sont posées par ces affirmations.

Pour en avoir parlé voici quelques années, à Tôkyô, avec Trevor Tockar Shihan et Nick Cujic Shihan, les deux plus hauts gradés de l'IKO en Australie, nous pouvons répondre aux points litigieux de l'interview.
Tout d'abord, cette "anecdote" a été révélée bien après la disparition d'Oyama Masutatsu Sôsai, ce qui est déjà un problème de taille. Tout comme pour Jon Bluming Shihan, pourquoi avoir attendu si longtemps pour en parler? Le procédé manque singulièrement d'élégance voire d'honnêteté intellectuelle. Et que l'on ne vienne pas nous dire qu'il s'agissait de ne pas gêner ou humilier le fondateur. Ce serait un argument fallacieux et trop facile.
Ensuite, aucun témoignage ne vient corroborer ces assertions. Le présumé combat se serait donc déroulé à huis clos? Là encore, il est plus que permis de douter que ces faits se seraient produits sans aucun témoin.
Par ailleurs, et peut-être est-ce là le point le plus important, à la date mentionnée par Eddie Emin Shihan, il ne se trouvait tout simplement pas au Japon. Il affirme y être parti avec d'autres pratiquants mais au moins deux anciens membres de son dôjô le contredisent de façon catégorique car ils ont accompagné le petit groupe à l'aéroport, le jour du départ. De même, aucun Japonais ou étranger à Tôkyô à cette période ne se rappelle l'avoir vu. Il serait très surprenant qu'un responsable de l'Ecole pour un pays soit resté invisible. Personne ne l'aurait donc vu blessé sur place? Ni à son retour? Il est d'ailleurs à noter que, lors de l'entretien, Eddie Emin Shihan évoque à certains moments deux dents cassées alors qu'à d'autres on passe à trois.

Concernant les raisons de tels propos, Trevor Tockar Shihan évoque un éventuel ressentiment envers le Kyokushinkaikan pour d'obscures raisons. L'émergence d'autres grandes figures de la ryû en Australie pourraient en faire partie, tout comme un grade espéré mais qui ne serait jamais venu. Peut-être un besoin irrépressible de créer le buzz, allez savoir. Quoiqu'il en soit, ces affirmations "incendiaires" ont suscité une levée de boucliers en Australie où, à l'époque, des membres du Kyokushinkaikan ont exigé un droit de réponse dans les colonnes de la revue Blitz. Les réseaux sociaux et les sites Internet spécialisés du pays ont "flambé" pendant quelques mois avec cette affaire. En tout cas, le Shihan à l'origine de la controverse a trouvé peu, voire pas, de défenseurs. Son image a été largement ternie alors qu'il était une figure respectée dans le milieu des Arts Martiaux australiens.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4722
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Le Shihan Eddie Emin et la Kyokushinkai

Message par Sua » Lun Juin 15, 2020 4:55 pm

Super à nouveau . Merci pour la réponse qui est presque carrément un article car bien documentée comme toujours . J’ai encore appris sur ce site .
Sua
 
Message(s) : 372
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Re: Le Shihan Eddie Emin et la Kyokushinkai

Message par liptonic » Lun Juin 15, 2020 9:08 pm

Merci pour l' anecdote et les détails.
Petite question: les membres du Kyokushinkaikan ont-ils eu un droit de réponse dans les colonnes de la revue Blitz? Si oui, qu'ont-ils dit et cela a-t-il envenimé la situation et jusqu'à quel point?
liptonic
 
Message(s) : 891
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Droit de réponse

Message par karatejapon » Lun Juin 15, 2020 9:48 pm

Selon nos interlocuteurs, le magazine a effectivement accordé un seul et unique droit de réponse, valant pour l’ensemble des pratiquants Australiens s’estimant outrés par les affirmations du Shihan. Les détracteurs pointaient les incohérences, principalement celles concernant les dates du supposé séjour au Japon.
Les propos désobligeants et autres récriminations ont fusé encore quelques mois sur le Web avant que l’actualité n’offre d’autres sujets de discussion et que la polémique ne s’éteigne. Quelque part sans surprise, la direction du Kyokushinkaikan n'a montré aucune réaction.
Cette anecdote n'est tout compte fait qu'un avatar parmi d'autres dans l'histoire de l'Ecole Kyokushin.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4722
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Retour vers Les Ecoles

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron