Nous sommes actuellement le Jeu Avr 25, 2024 3:21 pm
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Kyokushinkaikan 2024 極真会館

Les différentes Ecoles de karate au Japon sans exclusive.

Kyokushinkaikan 2024 極真会館

Message par karatejapon » Dim Déc 31, 2023 8:46 pm

La traditionnelle allocution du Directeur mondial du Kyokushinkaikan est déjà disponible sur le site officiel de l’organisation, en versions japonaise et anglaise.
http://www.kyokushinkaikan.org
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 5537
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Cérémonie traditionnelle des vœux

Message par karatejapon » Jeu Jan 04, 2024 6:22 pm

Comme le veut la tradition, le Directeur mondial a présidé à la cérémonie du Nouvel An, en présence de quelques dizaines d’invités, le 1er janvier à Tôkyô.
Merci de vous référer aux articles déjà proposés à ce sujet pour des précisions sur cette tradition.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 5537
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Interview Higa Koji Shihan

Message par karatejapon » Mar Fév 13, 2024 2:33 am

Nous avons profité d’un dîner ensemble, après un entraînement voici deux semaines au Tenmabashi dôjô, à Osaka, pour poser plusieurs questions à Higa Koji Shihan. Nous vous proposons aujourd’hui les aspects les plus intéressants de notre conversation informelle.

- kj: "Pouvez-vous résumer votre parcours Shihan?"

- Higa Shihan: "Je dirige les deux dôjô que vous connaissez depuis plusieurs années maintenant. Je me consacre à l’enseignement en dehors de mes activités professionnelles et je réserve un jour par semaine sans cours. En fait j’ai deux jours pour moi chaque semaine grâce à mes deux assistants. Avant j’étais compétiteur de niveau régional et national. Mon meilleur résultat a été au tournoi All Japan. Je n’ai jamais été champion au-dessus du niveau régional."


- kj: "Quand j’arrive au Tenmabashi dôjô vous êtes généralement déjà sur place pour votre travail personnel. Quelle est votre recherche?"

- Higa Shihan: "J’essaie d’allier au mieux le karatedô et le taikiken. De nombreux pratiquants de Kyokushinkai karate travaillent également le taikiken, Matsui Kanchô en est un excellent exemple. Je cherche donc à aller plus loin dans cette direction. Je m’attache également à faire jaillir l’énergie à très courte distance, notamment au niveau des poings, avec le minimum d’élan. Par ailleurs je travaille à faire exploser des techniques, principalement de poing à nouveau, dans des positions non classiques."


- kj: "Qu’entendez-vous par ce terme? Pouvez-vous préciser ce que sont ces positions?"

- Higa Shihan: "Oui mais c’est parfois difficile à exprimer. J’essaie de développer des techniques à partir de positions peu orthodoxes. Par exemple en reculant et spécifiquement en ayant le bassin en arrière. Il faut comprendre qu’en karate on essaie de réaliser les techniques de la façon la plus pure possible, selon des critères établis. Néanmoins, si vous êtes agressé et devez vous défendre immédiatement, vous ne pourrez pas toujours prendre une garde correcte et repartir de la bonne façon votre poids de corps. Il faut donc être capable de frapper efficacement, même en étant sur les talons si vous êtes poussé. J’imagine des situations défavorables et cherche les moyens de projeter ma force et mon énergie vers l’avant avec un maximum d’efficacité."


- kj: "Vous travaillez aussi beaucoup sur le sac lourd. C’est très différent, non?"

- Higa Shihan: "Oui, bien entendu. En fait, le risque serait de trop théoriser la pratique. Le karatedô reste une technique de combat exceptionnelle et très complète. Je n’oublie jamais les bases techniques ni le travail classique du Kyokushinkai karate. Le physique est aussi très important et je ne pèse que quatre-vingt kilos. J’ai passé la cinquantaine et dois maintenir mon niveau physique, notamment la résistance et l’endurance. Dans cette idée je réalise des séries chronométrées au sac sur différentes techniques, souvent chûdan mawashigeri mais pas uniquement. Souvent j’effectue des séries de deux minutes, une jambe puis l’autre. J’aime bien alterner ces séries avec d’autres consacrées à l’endurcissement et à un travail musculaire spécifique."


- kj: "Je vous vois souvent renforcer vos tibias sur le sac en forme de traversin, c’est de cela que vous parlez?"

- Higa Shihan: "Tout à fait. Je frappe ce sac mais sans excès de force pour éviter les problèmes au niveau du périoste. Après je peux reprendre une série au sac avec plus de puissance. Et j’alterne également avec des séries de pompes afin de bien travailler le triceps qui est plus important que le biceps en karate. J’ajoute souvent dans ces circuits des séries lors desquelles je vais m’assoir sur une chaise et me relever immédiatement. Je trouve cet exercice excellent pour les muscles des fessiers et ceux des cuisses."


- kj: "Avec l’expérience qui est la vôtre aujourd’hui, quels sont les aspects du karatedô qui vous semblent importants?"

- Higa Shihan: "Je crois qu’il faut diviser cette idée en deux parties distinctes mais indissociables. A nouveau, je recherche une intégration du taikiken et du karate car les deux se complètent quand on arrive à un certain niveau. Je dois travailler pour moi, chercher à m’améliorer physiquement et mentalement. Ce travail n’a pas de fin et c’est passionnant. Je poursuis ma recherche et mon exploration du Kyokushinkai karate. Il y a les amendements des kata et les directives de Matsui Kanchô, et bien d’autres choses.
L’autre partie est celle de la transmission car je suis enseignant. Je dois m’occuper au mieux de mes élèves, c’est essentiel. Le karatedô doit être transmis de la bonne façon pour rester vivant. Il faut orienter correctement la pratique des enfants et encourager aussi les adultes."


Cette conversation ayant été réalisée en japonais, nous restons seul responsable des éventuelles erreurs de traduction et/ou d’interprétation des propos du Shihan.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 5537
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Vision d'Artur Hovannisyan Shihan

Message par karatejapon » Mar Avr 23, 2024 1:44 pm

Nous vous proposons aujourd'hui la traduction des propos d'Artur Hovannisyan Shihan concernant diverses orientations prises par le Kyokushinkaikan, depuis quelques années. Nous avons relevé ses idées et explications lors d'une conversation récente à Tôkyô et les retranscrivons aussi fidèlement que possible sur le site.


- kj: "Comment comprendre la méthode globale d'enseignement et d'éducation prônée récemment par Matsui Shokei Kanchô?"

- A. H. Shihan: "Je crois que c'est un grand projet qui est déjà en cours de réalisation. Kanchô sait où il va avec cette idée qui n'est que le prolongement de celle d'Oyama Sôsai. Il est mort trop jeune et n'a pas eu le temps de faire aboutir son projet. Pour faire simple, il s'agit d'une méthode globale d'Arts Martiaux, très complète sur le plan technique avec encore plus de possibilités que ce qui est existe aujourd'hui. Et en parallèle de l'aspect technique, il s'agit de former et éduquer les jeunes afin d'en faire des adultes responsables, en bonne santé et bien intégrés dans la société. Pour toi qui connaît le fonctionnement confucianiste de la société japonaise, tu comprends cette idée facilement."


- kj: "Si on en reste à l'aspect technique de la pratique, les critiques existent par rapport aux changements dans les règles du kumite. Certains parlent de dilution de l'esprit Kyokushin ou de règles devenues trop proches du karate dit sans contact. Ils regrettent la dureté du Kyokushin karate originel. Quel est ton avis sur le sujet?"

- A. H. Shihan: "Pour moi c'est une erreur d'appréhender les modifications de la sorte. Je considère qu'il s'agit plutôt d'offrir des possibilités supplémentaires en kumite. Quant à la dureté des combats, rien n'a changé. Il suffit de regarder le dernier World Open pour s'en convaincre. Il faut savoir s'habituer et s'adapter."


- kj: "Pour en revenir à la méthode de combat globale, quelles sont les orientations techniques?"

- A. H. Shihan: "Par exemple les balayages. C'est une technique très efficace en combat, que ce soit lors d'une compétition ou dans la rue. Les balayages étaient quelque peu mis de côté ou même dévalorisés. C'est un juste retour des choses et il est bon d'intégrer également lers projections. En cela, on revient aux débuts du Kyokushin karate. Là encore, il suffit de lire les ouvrages d'Oyama Sôsai pour le comprendre. Les photos de l'époque montrent des techniques avec des armes ou n'importe quel objet. C'est ça la méthode globale que Kanchô veut continuer à peaufiner.
Je crois qu'il ne faut pas trop se poser de questions, faire confiance à Kanchô et suivre la direction qu'il propose de suivre. Après, chacun est libre ou non d'y adhérer."


- kj: "L'amendement des kata se poursuit mais de nombreuses personnes critiquent et ne comprennent pas ces modifications. Certains ont même quitté le Kyokushinkaikan pour cette raison semble-t-il. Qu'en penses-tu?"

- A. H. Shihan: "Pour moi, il s'agit à nouveau d'une incompréhension et d'une méconnaissance du Kyokushin karate. Les kata ajoutés et ceux modifiés l'ont été après une longue réflexion et un très gros travail de Matsui Kanchô. Ce n'est pas une idée qui est venue d'un coup mais plusieurs idées qui ont mûri, en collaboration avec des Shihan et des Sensei. Il ne faut pas croire que Kanchô décide de tout en solitaire. Il est à l'écoute même si ce n'est pas toujours évident à voir ou comprendre, surtout vu de l'étranger.
Je me répète mais l'idée de base est celle d'un retour aux sources avec, notamment, la réintroduction de kata qui n'étaient plus travaillés. Les amendements correspondent à un rapprochement avec les kata tels que Sôsai les avait appris, ceux de la Gôjû ryû entre autres. Bien entendu, les sensations de Kanchô, l'évolution de son karatedô comptent aussi mais il ne renonce pas à l'héritage technique ni aux idées qui lui ont été confiées. Il développe toutes ces idées et fait vivre le Kyokushin karate."


- kj:"Que réponds tu, in fine, aux critiques et aux interrogations qui peuvent être légitimes?"

- A. H. Shihan: "Je comprends les interrogations mais c'est Matsui Kanchô qui dirige notre organisation. Il faut lui faire confiance et ne pas craindre les changements. C'est toujours difficile de se remettre en question, dans la vie quotidienne comme pour le karatedô. Nous nous posons tous des questions et c'est tout à fait normal. Mais si on est capable d'avoir une vision large et globale, ce n'est pas un problème. Sortir de sa zone de confort pour tendre vers quelque chose de meilleur est une chance, pas une fatalité."


Nos remerciements sincères vont à Artur Hovannisyan Shihan dont nous espérons avoir traduit fidèlement les propos et idées.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 5537
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Retour vers Les Ecoles

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 46 invité(s)

cron