Nous sommes actuellement le Mer Juin 19, 2019 4:49 pm
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Appréciation d'un professionnel

Description de la pratique réelle du karate au Japon.

Appréciation d'un professionnel

Message par karatejapon » Ven Nov 26, 2010 3:02 pm

L'article qui suit relate les points nous semblant les plus importants d'une toute récente conversation entre un policier Français et votre webmestre. Le lieu: un avion entre Tôkyô et Paris.
Cette personne, dont nous tairons le nom à sa demande, vient de passer un an au Japon, dans le cadre de son travail, en relation avec la représentation diplomatique française dans l'archipel.
Son expérience dans le domaine du karatedô en France puis au Japon nous paraît intéressante à plus d'un titre. A vous d'en juger.


- kj: "Quel est votre parcours dans le domaine des Arts Martiaux?"

- M.X.: "J'ai fait pas mal de jûdô, dès l'école primaire. Après j'ai commencé le karate au lycée. J'ai fait deux petits dôjô avant d'atterrir chez Serge Chouraqui, à côté de chez mes parents. Même quand j'ai déménagé je suis toujours resté dans son club. A part ça j'ai suivi un maximum de stages avec des Maîtres Shôtôkan et, bien sûr, je m'entraîne dans la cadre de la police. Au total je m'entraîne en karate depuis un quart de siècle."


- kj: "Vous avez donc mis à profit votre année d'affectation au Japon pour pratiquer?"

- M.X.: "Oui, absolument. Ne pas en profiter aurait été dommage. J'avais toujours eu envie de ça, comme des tas de gens."


- kj: "Où et avec qui vous êtes vous entraîné?"

- M.X.: "J'ai bien sûr été faire un tour à la JKA et j'ai participé à quelques entraînements. Mais je crois que je suis un peu mal tombé car je n'ai pas vu grand chose qui m'emballait; c'était plus des cours très sportifs. Bien pour les jeunes mais pas dans l'optique de ce que je cherchais."


- kj: "C'est à dire?"

- M.X.: "Je cherchais quelque chose en relation directe avec des applications type self défense. Quelque chose d'utile au niveau du travail policier, type garde du corps, protection, contrôle, etc.
Mais ça s'est vite réglé puisque mes collègues Japonais m'ont emmené dans un des dôjô de la Police Métropolitaine de Tôkyô. Là bas le travail est différent, complètement tourné vers l'aspect pratique du karate. C'est très proche de la réalité.
Dès le premier cours j'ai vu deux Japonais le visage en sang; ils ne font pas semblant et se donnent à fond."


- kj: "Le dôjô était-il rattaché à une ryû particulière?"

- M.X.: "Oui, c'est du Shôtôkan mais les fonctionnaires de police viennent d'un peu partout. De plus on y pratique aussi le kendô, la baïonnette, la matraque, le jûdô, etc.
Les intervenants en karate viennent du Shôtôkan et j'ai aussi vu des profs du kenpô."


- kj: "Comment les cours se déroulent-ils?"

- M.X.: "Un bon échauffement type gymnastique plus des étirements individuels. Comme on ne trouve que des professionnels, les gens connaissent déjà bien leurs corps, leurs besoins, savent quand il faut freiner ou faire attention, à cause d'anciennes blessures par exemple.
Toute une partie est très "scolaire" mais pour le reste c'est individuel ou à deux.
Après on fait du kihon pour affiner la technique. Il ne faut pas croire que c'est du genre "bourrin". Les Japonais ont une technique très fine; j'ai vraiment apprécié. Comme quoi, les bases sont essentielles.
Ensuite on faisait un gros travail de bunkai, toujours en précision, surtout pour les zones de frappe. Là aussi c'est très, très précis. On doit vraiment viser les endroits où ça fait mal. Les profs corrigent beaucoup quand on frappe sur les épaules ou les zones musclées. J'ai trouvé ça très bon pour développer le coup d'oeil et la coordination.
Sinon, la plus grosse partie est réservée aux techniques plus "professionnelles" qui nous intéressent le plus dans notre travail de protection et d'intervention. C'est là que les Japonais vont à fond."


- kj: "Dans la mesure où vous êtes déjà un professionnel de longue date, avez vous appris quelque chose?"

- M.X.: "Complètement. Ce que j'avais fait avant d'arriver au Japon est très bien et très efficace mais j'ai travaillé différemment, avec d'autres partenaires.
Je trouve que les Japonais s'investissent totalement dans leur entraînement. Si on prend des coups, tant pis. Si on saigne, tant pis. On fera plus attention la prochaine fois. C'était très réaliste, il faut se défoncer. Je crois, en fait, que le point le plus important à retenir est le conditionnement mental et psychologique. Il faut être capable de passer d'un état de calme à un état de sorte de vide où seul le combat comptera. Les Japonais font ça très bien. Bien évidemment il faut conserver une conscience de ce qui nous entoure mais savoir être à fond dans l'action.
C'est d'ailleurs pour ça que les coups sont peu retenus."


- kj: "Pas de kata durant ces cours?"

- M.X.: "Si mais avant ou après. C'est plus du travail individuel ou en petits groupes. Là aussi j'ai appris pas mal de choses. Les Japonais sont très explosifs. Ils ont les bons muscles pour ça et travaillent de façon très précise. J'en ai vu rester un quart d'heure devant la glace à affiner un seul petit mouvement ou une rotation. Et les Maîtres corrigent les erreurs."


- kj: "Au niveau de la technique en elle même, avez vous pratiqué de façon différente?"

- M.X.: "Je dirais plutôt oui...Je vais essayer de vous donner des exemples précis...
J'ai beaucoup plus travaillé mains ouvertes qu'en France. La raison est simple: des saisies, du travail sur les articulations et piques des doigts. On doit apprendre à utiliser les vêtements d'un individu à maîtriser, pour l'amener au sol et l'immobiliser. On ne peut pas se contenter de donner des coups de poing ou de pied. D'abord ce n'est pas toujours facile de réussir un KO et puis, dans notre travail, nous sommes soumis à certaines règles. Tout n'est pas possible.
En tout cas ce travail mains ouvertes est vraiment de première importance. Je me souviens qu'un professeur intervenant sur un cours hebdomadaire nous a expliqué que le karate à Okinawa n'avait presque pas de techniques poing fermé."


- kj: "Voyez vous d'autres points essentiels travaillés dans ce milieu policier?"

- M.X.: "Oui. Je voudrais préciser un point sur lequel j'ai beaucoup appris.
Quand j'ai dit d'être à fond dans le combat, j'ai été trop vite. Il faut s'investir et quand on donne un coup il faut tout donner, pas la moitié. Parce qu'on ne sait pas à qui on a affaire et on n'aura peut être pas de seconde chance, notamment face à une arme blanche ou même une arme à feu. Mais, peut être plus important, les Japonais enseignent à garder conscience de ce qui nous entoure. Le problème pour des professionnels est que, quand ça dérape, c'est le chaos. Mais on ne peut pas se battre seul, pour se défendre soi même. On est là pour protéger quelqu'un et il faut travailler en équipe.
Le fin du fin reste de garder conscience de ce qui se passe autour de nous. Je prends un exemple expliqué par un des profs Japonais du dôjô: si vous affrontez quelqu'un et que vous êtes un bon combattant, vous pouvez avoir le dessus. Mais pendant que vous êtes en train de maîtriser un agresseur, même si le vous le mettez KO, un autre peut arriver dans votre dos et vous planter un couteau entre les omoplates ou vous frapper à la tête avec une barre de fer.
Le Maître qui nous expliquait ça était jeune policier à la fin des années soixante quand les universités japonaises étaient en ébullition. D'après ce que m'en on dit des collègues parlant anglais - parce que moi je ne comprends rien en japonais - il a pris des coups et garde des cicatrices de l'époque. Il parle donc en toute connaissance de cause.
Tout ça veut dire qu'il faut développer une sorte de sixième sens et pas seulement être un bon combattant, costaud et rapide. C'est très difficile mais ça se travaille."


- kj: "Avez vous relevé d'autres spécificités?"

- M.X.: "Il y a un autre point important que les Japonais comprennent bien et savent développer chez les élèves. Je vous en ai parlé avant mais je voudrais y revenir un instant.
C'est comme si on appuyait sur un interrupteur. On doit passer d'un état d'inaction - tout en restant vigilant - à un état d'action. Il n'est pas toujours facile de frapper quelqu'un presque sans préavis mais ça revient souvent à "c'est lui ou moi". Les Japonais entrent tout de suite dans l'état d'esprit adapté.
Je sais que dans l'armée française - je suis moi même ancien sous officier - certaines unités travaillent cette idée. Pas facile à mettre en place mais très important."


- kj: "Conditionner les gens ne fait-il pas perdre son libre arbitre et une certaine conscience?"

- M.X.: "Justement, c'est là que les Japonais sont très forts. Ils sont capables de passer d'un état à l'autre d'un coup, sans même que ça se remarque. Ca doit être une conjonction d'entraînement physique et de travail mental."


- kj: "Le karatedô est-il la bonne réponse à votre recherche dans ce cas?"

- M.X.: "Absolument. Il suffit de faire la distinction entre l'aspect sportif et un Art Martial. Les bonnes réponses sont là, il suffit de bien chercher et d'être bien dirigé.
Pas besoin obligatoirement de faire de l'auto défense. De toute façon on retrouve des techniques de karate. Il n'y a rien à inventer, juste à adapter à ses besoins."


- kj: "Avez vous des regrets?"

- M.X.: "Des tonnes!
Je ne suis pas resté assez longtemps. Mais ce n'est pas moi qui décide. Je regrette le pays et les gens. J'ai mangé beaucoup de bonnes choses. On est vraiment bien au Japon. Je ne sais pas si je reviendrai un jour mais j'espère. Si je viens en vacances je retournerai m'entraîner, même à la JKA mais en visant certains cours spécifiques.
Je garderai mes contacts car je sais où sont les meilleurs pour moi."


Nous espérons que cette conversation aura retenu votre attention et remercions M.X. pour le temps qu'il nous a accordé.
Dernière édition par karatejapon le Ven Nov 26, 2010 5:25 pm, édité 4 fois.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3955
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par Max98 » Ven Nov 26, 2010 3:41 pm

Comme quoi, c'est bien la prevue qu'il y a toujours à apprendre. Il suffit d'aborder les choses différemment et on débute à nouveau... :-)
Max98
 
Message(s) : 78
Inscription : Lun Juin 22, 2009 11:06 am
Localisation : La Garenne Colombes

Message par Shûgyôsha » Ven Nov 26, 2010 7:53 pm

Excellent article, merci de nous avoir fait partager cette conversation.

Ici, un petit lien illustratif (il s'agit du karaté pratiqué à la Self Defense Force du Japon, l'armée, en gros, mais on retrouve bien les caractéristiques de ce que décrit le policier de la conversation, l'hémoglobine n'est pas exclue... Passez à 01:19 si vous voulez éviter le kata et rentrer dans le vif du sujet. Anglais/japonais) :

http://www.youtube.com/watch?v=I_zmL6BRCOA&feature=related
Oss !
Shûgyôsha
 
Message(s) : 95
Inscription : Jeu Mars 06, 2008 1:20 am
Localisation : 14.535 km à l'ouest du Kokusaï Shôtôkan Karatedo Renmeï So Hombu Dojo (Ota-ku, Tokyo, Japon)

Message par Hanchindi » Sam Nov 27, 2010 4:19 am

Très bonne interview. :wink:
Concernant le lien de Shûgyôsha, j'avais assisté en 1998, au Budôkan d'Okinawa, a une démonstration de la branche okinawaïenne de la Ji'eitai (forces d'autodéfense) étant au premier rang, je pouvais entendre les bruits d'impact au visage :shock:
Comme dit dans la vidéo, le but de ces démonstrations, c'est de montrer au public qu'il est protégé par des gens qui n'auraient pas peur de les défendre.
Chibariyo!!!
Hanchindi
 
Message(s) : 89
Inscription : Ven Sep 15, 2006 3:07 pm
Localisation : Okinawa

Message par schillot » Lun Nov 29, 2010 12:19 pm

Bonjour

Concernant le commentaire suivant :

- kj: "Où et avec qui vous êtes vous entraîné?"

- M.X.: "J'ai bien sûr été faire un tour à la JKA et j'ai participé à quelques entraînements. Mais je crois que je suis un peu mal tombé car je n'ai pas vu grand chose qui m'emballait; c'était plus des cours très sportifs. Bien pour les jeunes mais pas dans l'optique de ce que je cherchais."

Je suis allé à la JKA la première fois en 1997 et depuis cette date je passe chaque année entre 9 et 11 semaines à Tokyo. Le Karaté de la JKA est un karaté sportif, l'évolution de son enseignement et ses objectifs ont beaucoup évolués depuis F. Gichin.
Les nouveaux entraîneurs basent leur notoriété sur leurs titres sportifs, et il faut reconnaître que depuis 14 ans, les cours et "l'esprit" au sein du Hombu Dojo ont beaucoup évolués.
A l'époque tous les cours étaient dirigés par de très grands experts : Tanaka, Ueki, Osaka...La rigueur et l'exigence technique étaient à son plus haut niveau. Certains cours combat étaient très dur. J'ai vu des dents cassées et des nez fracturés lors de cours avec Shina. J'ai vu des pratiquants vomir à cause de la chaleur et de la fatigue.
Aujourd'hui, l'esprit à changé et j'ai l'impression que la "flamme JKA" s'est éteinte. Il reste encore quelques cours intéressants avec Kawawada, (très intéressant pour qui comprend le japonais) Naka et Hansaki ne font plus que rarement cours et les jeunes instructeurs sont avant tout des compétiteurs mais la peur de l'accident omniprésente au sein du Dojo fait qu'il ny a plus de combat (2 mn de Ju-Kumité en 3 ans)

Je ne critique absolument pas cette organisation car ce que je sais en Shotokan, ce sont des instructeurs JKA qui me l'ont enseigné, mais aujourd'hui il m'est difficile de conseiller à un pratiquant d'investir dans un séjour au Japon pour pratiquer uniquement au Hombu Dojo.

Quand un pratiquant me demande des adresses, bien sûr je donne les coordonnées de la JKA et du SKI, mais je conseille d'autres Dojos d'autres styles.
schillot
 
Message(s) : 224
Inscription : Dim Sep 17, 2006 8:17 pm
Localisation : luneville

Mêmes constatations

Message par karatejapon » Lun Nov 29, 2010 12:24 pm

Merci pour ces informations schillot. Elles renforcent l'appréciation et la vision dont l"article fait état.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3955
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par Shoto » Lun Nov 29, 2010 3:31 pm

schillot a écrit :la peur de l'accident omniprésente au sein du Dojo fait qu'il ny a plus de combat (2 mn de Ju-Kumité en 3 ans)
.


En Belgique, où la JKA représente la tendance N°1, l'esprit a également beaucoup changé.
De plus en plus on privilégie les connaissances encyclopédiques des katas. Ceci a eu pour conséquence de faire perdre à la JKA les clubs les plus réputés au niveau kumite...
Cela s'est violemment fait ressentir au point de vue niveau des combattants...

Ceci dit c'est un choix politique. La grande majorité des pratiquants est satisfaite de cette évolution, si bien que la JKA ne s'est jamais aussi bien portée qu'actuellement en Belgique... (point de vue nombre d'affiliés)
Shoto
 
Message(s) : 356
Inscription : Sam Jan 26, 2008 2:48 pm

Message par pl » Sam Déc 04, 2010 3:26 pm

La JKA (Takudai) est devenue la JKA "ouverte" et cela depuis 1994. Ceci étant la JKA' au Japon' reste le "budo karaté" et malgré vos dires basés sur quelques semaines annuelles aux cours "ouverts".

Dans les années 70 et 80, la JKA était critiquée pour ses cours "militaires" et ses nombreux accidents. Aujourd'hui, vous lui reprochez d'être trop accès sur la "compétition"... BIMIO (comme on dit en japonais)

Hanzaki, Naka, Osaka, Kawawada, Tanaka, tous les instructeurs dont vous parlez sont également d'anciens instructeurs qui ont fait leur notoriété également sur leurs résultats en compétition.

Ceci étant, je comprends ce que vous voulez dire.
Karate ni sente nashi
pl
 
Message(s) : 308
Inscription : Sam Sep 23, 2006 10:38 am

Retour vers Au Japon

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité