Nous sommes actuellement le Jeu Oct 17, 2019 3:39 am
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

Payés pour s'entraîner au Japon

Description de la pratique réelle du karate au Japon.

Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Dim Avr 13, 2014 3:29 pm

Nombreux sont les pratiquants de karatedô non Japonais qui rêvent d'aller s'entraîner dans l'archipel. Malheureusement, bien souvent, l'argent - ou plutôt son manque - reste un écueil incontournable. Néanmoins on trouve au Japon quelques centaines de privilégiés, pas tous Nippons d'ailleurs, qui s'entraînent et combattent tout en étant financièrement aidés.

La tradition du mécénat dans le monde des Arts Martiaux japonais remonte à plusieurs siècles. A l'époque classique des samurai certains seigneurs assuraient les besoins de sabreurs renommés lors de longs périples à travers le pays, appelés shugyôsha, et destinés à affiner leur technique, souvent par le biais de défis.
Cette tradition trouve son prolongement dès le début du vingtième siècle dans le sumô avec des mécènes généreux pour les rikishi de la division la plus élevée (makuuchi) ou de jeunes lutteurs prometteurs.
Aujourd'hui encore ce système de sponsor perdure et reste visible avec la remise d'enveloppe contenant de l'argent liquide (kensho) et la présentation de bannières aux couleurs de grandes société, Coca Cola ou des entreprises d'électronique par exemple, lors des six tournois annuels (basho).

Le karatedô est lui aussi touché par ce phénomène, surtout depuis les années 1970. Il en va de même pour les sports de combat au Japon, avec l'avènement de champions de kickboxing tels Fujiwara ou Kurosaki Kenji. Ces derniers ont été sponsorisés pour aller s'entraîner et combattre en Thaïlande.
Des mécènes privés, généralement chefs d'entreprise ou cadres dirigeants de groupes industriels ont, dès les années 1960, offert des soutiens financiers ponctuels à des champions de karate issus d'Ecoles diverses.
Notre enquête pour cet article (des mois de recherches au Japon) met en évidence qu'à cette époque, il s'agissait, pour partie du moins, de montrer une certaine fierté de la jeunesse nippone et aider au rayonnement international du pays, alors de retour dans le concert des nations après sa mise au ban des pays développés suite à la défaite militaire (et psychologique induite) de 1945.

D'autres motifs, moins avouables ceux là, ont aussi poussé au développement du sponsoring. Nos membres qui connaissent bien la ligne éditoriale du site savent déjà que le politiquement correct est ici sans objet.
Ainsi donc, plusieurs groupes d'extrême droite ont collecté des fonds pour aider des pratiquants, souvent utilisés comme gardes du corps ou "gros bras", pour faire le coup de poing lors des troubles étudiants de la fin des années 1960.
Feu Sasakawa Ryôichi, capitaine d'industrie, fasciste reconnu et avoué ainsi que criminel de guerre de classe A (destiné à être exécuté) est connu pour avoir sponsorisé des combattants de l'Ecole Shotokan. Ce fait reste de notoriété publique au Japon. Pour être tout à fait honnête, ce sponsoring a perduré bien après cette période, au moins jusqu'à la fin des années 1990, sans pour autant y voir des raisons cachées ou troubles. On peut certainement accorder à ce personnage controversé l'idée d'un sincère intérêt pour le karatedô.
Dans le même ordre d'idée, des groupes yakuza (syndicat du crime japonais) sponsorisent toujours des pratiquants dans des buts, là encore, peu avouables. Les Ecoles concernés sont principalement, selon nos informations, les Byakurenkai, Shotokan et Kyokushin (divers groupes impactés).

Mais revenons en maintenant à un sponsoring plus "sain", dépourvu de buts douteux.
Dès les années 1980 le système s'est développé, essentiellement pour des élèves de groupes Shotokan et pour la Kyokushinkai. Il s'agissait de permettre à de jeunes pratiquants de pouvoir s'entraîner et se déplacer pour participer à différents tournois.
Dans le cas de l'Ecole fondée par Oyama Masutatsu Sôsai, cette facilité concernait des uchideshi (élèves internes) mais aussi des sotodeshi (externes). Pour les premiers, fréquemment totalement désargentés, ce mécénat a permis de se rendre à divers tournois, les frais afférents n'étant pas pris en charge par le honbu dôjô.
Suzuki Sensei, responsable d'un dôjô au coeur de Tôkyô, nous a décrit ce système bien rôdé et nécessaire. Il a lui même bénéficié des largesses d'un sponsor qui l'a soutenu financièrement jusqu'à l'ouverture de son propre dôjô et lui fournit encore, à ce jour, un travail à temps partiel.
Un des derniers uchideshi Japonais embarqué, voici quelques années, pour le "sacerdoce" des mille jours au honbu dôjô a été officiellement sponsorisé lors d'une cérémonie. Son mécène, patron d'une entreprise de taille moyenne a eu droit aux honneurs de la presse nippone. Selon ses dires, l'investissement se monterait aux alentours de 9000€ pour les trois années d'entraînement, incluant le logement, les déplacements divers, les soins médicaux éventuels et un peu d'argent de poche.
Il est à noter que ces sponsors se sont généralement montrés fidèles, même si les résultats en compétition n'étaient pas toujours au rendez vous. L'Esprit japonais de devoir (giri) et de fidélité n'est certainement pas étranger à ce constat. De même ce mécénat a couvert et couvre encore plusieurs années et non pas un évènement ponctuel.

Au Japon, ce sont les familles des pratiquants qui généralement cherchent et trouvent ces sponsors via les relations de travail. Les patrons ou supérieurs hiérarchiques, surtout dans les grandes sociétés, sont sollicités et des garants de moralité sont recherchés pour plaider la cause de jeunes pratiquants voulant réaliser leur rêve. De nos jours, ce type de mécénat, même si moins répandu que dans les années 80 et 90, reste encore d'actualité.

Et les étrangers vous demandez vous...?
Au honbu dôjô IKO, un de nos interlocuteurs nous a parlé d'un uchideshi Français, au tout début des années 1990, originaire de la région niçoise et sponsorisé par un compatriote aux moyens financiers importants. Egalement quelques étrangers se sont vus soutenus par des mécènes locaux, jusque dans les années 2000 semble-t-il. Seule obligation, s'entraîner et combattre, en engrangeant les bons résultats si possible, bien entendu.
Nous avons par ailleurs croisé récemment un membre Américain de la JKA (groupe Shotokan le plus important), sponsorisé par un mécène Japonais, ami de sa famille. Son voyage jusqu'à Tôkyô et ses frais d'entraînement ont été intégralement pris en charge par cette personne en contrepartie d'une pratique sans relâche, conclue par l'obtention du shôdan avant son retour aux Etats Unis. Une période d'un an lui avait été impartie pour atteindre son objectif, réalisé au début de l'année.

En résumé, la tradition du sponsoring, bien ancrée au Japon, pas uniquement dans le milieu des Arts Martiaux d'ailleurs, existe toujours même si plus marginale qu'elle ne l'a été à certaines époques. Pour y accéder il faudra s'employer et faire jouer de multiples contacts mais rien n'est impossible.
Le calcul des frais à envisager dépendra de vos buts et, bien entendu, de la durée prévue du séjour. Les sommes requises seront donc très variables selon les cas.

Nous espérons que cet article vous intéressera et souhaitons remercier l'ensemble des personnes qui ont pris le temps de nous répondre pour cette enquête au Japon.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par Sua » Dim Avr 13, 2014 5:06 pm

Merci pour cet article de qualité, comme d'habitude. J'ai appris beaucoup de choses, c'est très intéressant. Bravo pour cette vraie connaissance du japon
Sua
 
Message(s) : 274
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Dim Avr 13, 2014 5:50 pm

Merci Sua.
Comme d'habitude, nous essayons d'offrir des informations en provenance directe du Japon, basées sur des éléments concrets puisés à la source. Au démarrage du site nous n'avions pas trouvé d'équivalent sur la toile en français et il semble en être toujours de même. Content de partager nos connaissances avec ces articles.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par Sua » Jeu Avr 17, 2014 10:36 pm

peut on parler de professionnalisme pour ceux qui reçoivent de l'argent pour s'entraîner?
Sua
 
Message(s) : 274
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Jeu Avr 17, 2014 11:10 pm

A notre avis, pas vraiment. Il ne s'agit pas de professionnalisme en soi mais plutôt d'aider de jeunes pratiquants à atteindre leurs buts. Il ne faut pas perdre de vue que les sommes engagées sont relativement peu élevées et ne couvrent généralement que les frais d'entraînement et de déplacements éventuels, voire offrir un peu d'argent de poche, mais pas plus.
Par ailleurs, qui dit professionnalisme dit établissement d'un contrat avec parfois des objectifs à respecter or il n'en est rien. C'est un simple mécénat, nullement destiné à rapporter quoi que ce soit sur un plan financier aux donateurs. Ceux ci restent d'ailleurs bien souvent totalement anonymes, n'étant connus que des pratiquants qu'ils sponsorisent et, dans certains cas du moins, de l'administration de l'Ecole de karate concernée.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par liptonic » Ven Avr 18, 2014 12:41 am

Super article pour ne pas changer ;)

Je reviens sur le mot professionalisme. Je rejoins KJ dans son analyse mais j'ai un peu de mal avec l'idée de mécénat, surtout au Japon ou les arts martiaux demeurent un business bien rôdé. N'y a-t-il vraiment aucun retour sur investissement pour ces mécènes, sous n'importe quelle forme?
Lorsque je vivais au Japon, j'ai vu tellement de passe droits indirects dans différents dojo suite à des donations ou autres que j'en demeure quelque peu perplexe.
liptonic
 
Message(s) : 843
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Ven Avr 18, 2014 8:55 am

Merci liptonic.

Pour ce que nous en savons, concernant le Kyokushinkaikan, les sponsors - puisque c'est le terme employé au Japon - voient deux possibilités s'offrir à eux. Soit payer directement le honbu dôjô via une somme globale correspondant à la durée prévue du séjour ou bien annuellement. Soit donner l'argent au uchideshi qui payera donc lui même, selon des modalités identiques. Après, tous les élèves internes sont logés à la même enseigne, que ce soit au niveau des passages de grades ou des tournois, aux dires de nos interlocuteurs Nippons.
Maintenant il est clair que pour qui connaît le milieu des Arts Martiaux japonais - c'est le cas de liptonic - il s'agit effectivement d'un business. Néanmoins il est difficile de voir un retour sur intérêt pour les mécènes du karate à l'inverse, par exemple, du sumô où les enveloppes remises aux lutteurs sont assorties de bannières aux couleurs des sponsors, bien visibles de tous les spectateurs avec des personnes faisant le tour du dohyô (l'aire de combat) lors des entractes pour les exhiber.
In fine, il est difficile, voire impossible, de répondre de façon catégorique dans la mesure où certains dôjô, groupes ou Ecoles peuvent avoir des pratiques différentes concernant le mécénat. Nous ne nous prononcerons donc, comme d'habitude, que sur ce que nous connaissons et avons vérifié.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par Sua » Ven Avr 18, 2014 9:32 pm

Merci pour toutes les précisions rapides . Je comprends mieux maintenant , c'est intéressant et peu connu , je ne savais pas tout ça . Combien ça coute environ pour s'entrainer au Japon ? Le site est une vraie mine d'informations sur le Japon.
Sua
 
Message(s) : 274
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Ven Avr 18, 2014 10:05 pm

Dans le cas des uchi deshi suivant le cycle des mille jours au honbu dôjô IKO, à en croire un sponsor cité dans l'article à la base de ce topic, il fallait compter environ 9000€, au début des années 1990. Cette somme incluant de l'argent de poche permettant quelques extras.
Autre exemple, un soto deshi Français de notre connaissance a investi à peu près 600€ pour trois mois de cours, voici quelques années, à ce même dôjô. Bien entendu, l'investissement total a été bien plus important en comptant le billet d'avion (à peu près 700€), les frais de bouche (tout de même peu élevés au Japon) et de logement (30€ par nuit pour un confort simple mais correct).
Actuellement, un soto deshi d'une Ecole de karatedô paye, en moyenne, autour de 150€ mensuels. Les tarifs variant bien entendu d'un dôjô ou une d'organisation à l'autre.
Et pour répondre de façon encore plus complète, un élève venant s'entraîner de façon ponctuelle au honbu dôjô Kyokushinkaikan acquitte un droit d'entrée de 2100 yen pour la journée. Seulement 1100 yen au dôjô de Suzuki Sensei, également à Tôkyô, et celui de Tagahara Sensei, à Osaka.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par liptonic » Sam Avr 19, 2014 12:12 am

Je pensais en effet à des banderolles sur les murs ou bien citer en publique l'entreprise du sponsor lors de tournoi régionnaux (sans pour autant tomber dans l'excès du Sumo) voire, comme je l'ai maintes fois, faire sauter des grades à la progéniture, etc..

C'est 20 000 yens/moi au Honbu ? M'étonne pas que Matsui Kancho fasse ses age uke avec une rolex au bras! (mauvaise blague je le concois).

Le problème que tu pourrais rencontrer si tu souhaites rester plus de 3 mois sera celui du visa.

A noter que l'on peut être uchi deshi au dojo IKO de NYC, un de mes ancien sensei l'a été pendant plusieurs années.
liptonic
 
Message(s) : 843
Inscription : Lun Sep 18, 2006 4:22 pm
Localisation : S.F

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par karatejapon » Sam Avr 19, 2014 9:33 am

Nous confirmons l'absence de bannières - ou toute autre forme de publicité - pour les sponsors des uchi deshi lors des tournois IKO, même au niveau régional.
Le tarif mensuel au honbu dôjô est de 12000 yen et reste donc dans la fourchette basse pour les Ecoles de karatedô sur la capitale. Surtout au regard des possibilités d'entraînement, à savoir jusqu'à cinq cours hebdomadaires, quelque soit le niveau.
Pour le visa, le honbu dôjô propose une aide éventuelle contre une somme modique.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 4146
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Re: Payés pour s'entraîner au Japon

Message par Sua » Sam Avr 19, 2014 6:26 pm

Merci à karatejapon et liptonic qui connaissent bien le Japon pour toutes les informations et les précisions
Sua
 
Message(s) : 274
Inscription : Jeu Mars 20, 2014 11:22 pm

Retour vers Au Japon

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron