Nous sommes actuellement le Mer Juin 26, 2019 10:55 am
Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]

une découverte...

Description de la pratique réelle du karate au Japon.

une découverte...

Message par schillot » Mer Mars 23, 2011 2:20 pm

Un sujet que je viens de lire m’amène à réfléchir à ma propre pratique au Japon. Mes premiers séjours qui remontent à 15 ans étaient exclusivement consacrés au Shotokan de la JKA avec des cours exceptionnels par des entraîneurs de très haut niveau.
En 1998, j’ai découvert le Shotokan de Maître Kanazawa et je faisais 3 cours par semaine au SKI et les 7 autres cours à la JKA.
Ma rencontre lors d’un stage à Exincourt avec Higuchi Senseï du Shoto Gima Ha a été une révélation, tant sur le plan technique que sur le plan humain avec une relation professeur/élève très riche.
Pour aller dans son Dojo depuis Meguro où je loge à Tokyo, il faut environ une heure de trajet avec une correspondance. C’est réalisable quand on est très attaché à un Dojo, mais cela coûte cher en déplacement.
J’ai découvert par hasard un Dojo de Shinkyokushinkai à 200 mètres de mon domicile à Meguro et ce fut LA découverte.
Par rapport à un certain Dojo aux relations « paramilitaire » où je dois le reconnaître il m’arrive d’ « étouffer »ou de « m’ennuyer » : toujours le même échauffement réalisé par un élève, toujours la même structure de cours, toujours la même configuration des enchaînements, des entraîneurs de niveaux très variables (quasiment plus de cours avec les experts qui ont fait la réputation du Dojo) et surtout une absence de reconnaissance des pratiquants, voir pour certains entraîneurs un quasi racisme ou un ego surdimensionné…une caricature de japonais… (naturellement il y a quelques exeptions, mais de plus en plus rares)
Dans ce Dojo, accueil souriant et décontracté. J’ai découvert une autre approche de l’art martial : des cours très durs mais une grande entraide et beaucoup de complicité entre élèves mais aussi avec le professeur, et là aussi comme avec Higuchi Senseï, des rapports humains riches, amicaux, quelquefois drôles..
Là, pas de THEORIE, l’efficacité d’une frappe se renforce au sac, et en touche lors des combats. Les cours sont tous différents avec des thèmes mensuels ou trimestriels :
Chaque échauffement est différent et prépare de façon spécifique au cours, un cours par mois est réservé a 2 heures de yoga/stretching, les lundis sont consacrés à la condition physique, frappes avec lest ou élastique, rounds au sac, durcissement etc.…le vendredi : 4 heures de cours sur le combat, la dernière heure avec touches réelles…Les autres cours avec des thèmes de travail précis
Ces entraînements que je ressens comme« ludique » sont parfaitement complémentaires à la pratique d’un autre Ryu.
Le plus important, après un nombre relativement important de pratique d’un art martial (bientôt 40 ans pour moi) est de garder la motivation et de trouver des moyens de progresser en Karaté. J’ai redécouvert que la pratique du karaté pouvait devenir une drogue dure, avec un besoin journalier d’endomorphine, d’adrénaline … ces entraînements sont une véritable cure de motivation et un pur bonheur.
Il est pour moi, maintenant, très important d’être bien dans un Dojo, d’être reconnu en tant qu’être humain et non pas d’être un simple pion dans les rangs.
Dans ce Dojo, j’ai un statut un peu particulier vu mon âge et mon parcours et j’ai noué des relations amicales ainsi que des échanges techniques avec le professeur qui vient d’obtenir son Sandan.
Quel bonheur (en France j’assure de 25 à 30 cours par semaine) que d’être élève ceinture blanche, d’apprendre de nouveaux katas, de nouvelles façons de travailler, d’avoir une nouvelle « montagne » à escalader…
schillot
 
Message(s) : 224
Inscription : Dim Sep 17, 2006 8:17 pm
Localisation : luneville

Similarités

Message par karatejapon » Mer Mars 23, 2011 2:42 pm

Très intéressant et nous retrouvons dans les mots de schillot bien des aspects que nous vivons nous même au Japon.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3965
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par efou07 » Mer Mars 23, 2011 10:59 pm

J'aimerais savoir ce qu'est le shinkyokushinkai.

Schillot, tu parles de ton domicile ( meguro), tu vis au japon ?

Un shotokan qui se remet en question... comme quoi tout existe :D
Produits Japonais en ligne : http://www.epicerie-japonaise.fr/
Forum Karate Okinawa: http://www.karateokinawa.fr
efou07
 
Message(s) : 155
Inscription : Jeu Nov 23, 2006 1:21 pm
Localisation : Ardeche

Message par cardinal » Jeu Mars 24, 2011 12:10 am

Ton récit est plus qu'enrichissant, de par son contenu et de part ses valeurs qui le compose : esprit du débutant, détermination, remise en question, humilité, passion et bonheur ! Le parfait descriptif du Karatéka ! Merci pour ce récit. Osu !
Pourquoi faire du Karaté ?
"La mission ultime du karaté est de développer les meilleurs traits du caractère humain plutôt que former les êtres humains à affronter ses ennemis physiques"

~Mas Oyama~
cardinal
 
Message(s) : 644
Inscription : Mer Oct 18, 2006 10:05 pm
Localisation : Moulins (03)

Forum "Les Ecoles"

Message par karatejapon » Jeu Mars 24, 2011 1:39 am

La Shinkyokushinkai est une dissidence du groupe IKO. Certainement celle qui connaît le plus fort développement au Japon depuis quelques années.
Merci de vous référer au forum "Les Ecoles" pour plus de précisions et ne pas digresser par rapport au sujet central de ce fil.
karatejapon
Admin
 
Message(s) : 3965
Inscription : Mar Août 15, 2006 10:48 am

Message par schillot » Jeu Mars 24, 2011 11:57 am

Le pire qu'il puisse arriver à un pratiquant est de croire qu'il est parvenu a on but. C'est une des différences avec le karaté sportif : on se fixe un objectif et on travaille pour l'atteindre...dans la pratique martiale il ne doit pas y avoir un objectif déterminé.
Il ne s'agit pas dans mon cas d'une remise en question ou en cause du Shotokan mais d'améliorer ma pratique personnelle via le Shinkokyoshinkai (c'est le hasard qui ma fait découvrir cette discipline qui aurait pu être le Kyokushinkai...) Pour certains membres, je sais que cette reherche de complémentarité passe par le Kobudo ou d'autres arts martiaux.
Un point intéressant dans ces écoles, c'est aussi l'entraînement qui est beaucoup basé sur les techniques d'attaques dans les jambes, ce qui permet lorsque l'on n'est plus très jeune ou souple de pouvoir conserver sa capacité d'action et d'efficacité, même face à des "jeunes" souples et rapides...
Cependant, j'ai été amené à m'interroger sur le côté traditionnel du Shotokan ou du moins dans son enseignement. s'il est vrai que "toutes les techniques existent en Shotokan" elles sont souvent travaillées de façon restrictive : on frappe plus au dessus de la ceinture qu'en dessous, on fait plus de jodan geri que de low-kick, on travaille plus des formes codifiés que du combat avec touches...(même si certains le font)
Il m'apparait que le Kyokushinkai (et ses dissidences) correspond à un karaté ultra traditionnel, contrairement à l'image que j'en avais : une discipline moderne et sportive).... COMME QUOI...
schillot
 
Message(s) : 224
Inscription : Dim Sep 17, 2006 8:17 pm
Localisation : luneville

Message par suke » Jeu Mars 24, 2011 2:07 pm

vraiment tres bien ce discourt :D :D
ce que tu dit a propos du shotokan est tout a fait exacte :D

pour ma part je suit le courant todokai qui est une ecole traditionnel de shotokan de toru yamaguchi sensei mais je complete tout sa par de la takeda ryu

pour le combat, a mon dojo on travail un peu a la facon du kyoku avec les frappes au visages autorise et il est vrai que sa apporte une autre dimension au shotokan

:D :D :D
suke
 
Message(s) : 159
Inscription : Mar Mars 25, 2008 3:46 pm

Message par suke » Jeu Mars 24, 2011 2:09 pm

en ce qui concrne le renforcement sac de frappe et makiwara son utilise :wink: :wink: :wink:
suke
 
Message(s) : 159
Inscription : Mar Mars 25, 2008 3:46 pm

Message par Shoto » Jeu Mars 24, 2011 10:37 pm

25 à 30 cours assurés par semaine par une même personne, là je suis épaté...
Shoto
 
Message(s) : 356
Inscription : Sam Jan 26, 2008 2:48 pm

Message par comtois » Jeu Mars 24, 2011 10:44 pm

Je retrouve dans les propos de Schillot ce qui m'a fait quitter le Shotokan. Je m'interrogeais sur sa pratique : frappe au dessus de la ceinture, pas de frappe de coude ni de genou, très peu de travail main ouverte, ni makiwara ni sac de frappe ... j'ai découvert par hasard le style Uechi Ryu, et la réelle découverte de l'utilisation des "armes de corps" dont on ne parle en Shotokan qu'en théorie, et ne l'ai plus quitté depuis...

Petite digression (je m'en excuse auprès du Webmestre) :le shinkyokushinkai est dirigé par Kenji Midori, un extraordinaire champion, voir you tube ...
comtois
 
Message(s) : 95
Inscription : Jeu Mars 15, 2007 10:07 pm

Message par schillot » Ven Mars 25, 2011 9:52 am

25 à 30 heures de cours...dont 8 H 00 pour le seul mercredi avec 5 cours enfants....c'est aussi éprouvant qu'un cours combat shinkyokushin :x
schillot
 
Message(s) : 224
Inscription : Dim Sep 17, 2006 8:17 pm
Localisation : luneville

Message par Shûgyôsha » Ven Mars 25, 2011 8:06 pm

comtois a écrit :Je retrouve dans les propos de Schillot ce qui m'a fait quitter le Shotokan. Je m'interrogeais sur sa pratique : frappe au dessus de la ceinture, pas de frappe de coude ni de genou, très peu de travail main ouverte, ni makiwara ni sac de frappe ... j'ai découvert par hasard le style Uechi Ryu, et la réelle découverte de l'utilisation des "armes de corps" dont on ne parle en Shotokan qu'en théorie, et ne l'ai plus quitté depuis...



Désolé, mais dans le Shôtôkan de maître Kanazawa (S.K.I.F), il y a bien des techniques de coudes, mains ouvertes, balayages et autres projection : il a conçu un programme de yakusoku kumite (kumite où les attaques sont annoncées, et où l'on doit automatiser diverses contrattaques dont question) qui nous fait entraîner et automatiser toutes ces techniques aussi.

De même, tout comme au dojo central de Tokyo, chez nous il y a des makiwara et sac de frappes à disposition et on travaille régulièrement les frappes sur coussins de frappe.

Les kata Shôtôkan regorgent de techniques telles que tu en trouves en Uechi-ryu, et elles sont travaillées lors des applications kata (bunkaï).

Après, si on est un peu frustré par les règlements de compétition du Shôtôkan qui interdisent certaines techniques (comme dans tout autre style d'ailleurs, de manières diverses), et j'avoue que je ne suis pas convaincu par la plupart des règlements différents des diverses écoles, il est toujous loisible de s'inscrire parallèlement dans un club pieds/poings de style kick boxing, muay thaï ou autre, et de se faire plaisir (néanmoins avec avec des gants, le plus souvent...)
Oss !
Shûgyôsha
 
Message(s) : 95
Inscription : Jeu Mars 06, 2008 1:20 am
Localisation : 14.535 km à l'ouest du Kokusaï Shôtôkan Karatedo Renmeï So Hombu Dojo (Ota-ku, Tokyo, Japon)

Message par suke » Ven Mars 25, 2011 9:37 pm

A l Ecole todokai de yamaguchi sensei on travail toutes les armes naturelles :D
suke
 
Message(s) : 159
Inscription : Mar Mars 25, 2008 3:46 pm

Message par schillot » Sam Mars 26, 2011 1:18 pm

Attention, je ne voulais pas lancer une polémique ou dénigrer le Shotokan.
Je connais Shûgyôsha et adhère à l’intégralité de ses propos.
Le Shotokan, comme chacun doit savoir intègre une grande diversité de techniques et c’est vrai qu’au SKI de Maître Kanazawa, il est travaillé dans un esprit d’efficacité.
J’ai d’ailleurs pour ce dernier une immense admiration et j’ai eu l’honneur de le recevoir plusieurs fois à ma table lors de stages en Lorraine.
J’avais été il y a quelques années impressionné – voire déstabilisé – lorsque ce dernier m’avait demandé de le frapper en gyaku zuki – sans gant et en plein contact – devant une centaine de stagiaires - en plein plexus. J’ai frappé plusieurs fois très fort (je pense) et Kanazawa Senseï par sa maîtrise énergétique et son contrôle respiratoire n’avait pas bougé un sourcil…
Pour en revenir à mon propos initial, le travail de Makiwara ou de sac n’est pas systématisé en Shotokan, il s’agit de cours ponctuels (s’il y en a) ou d’une démarche personnelle.
Ce que j’aime dans le Shinkyokushinkai c’est que ce travail est permanent : exemple à Meguro Dojo : dans un même cours
3 fois 2 minutes de frappes libres sur bouclier de corps intégral (15 secondes de repos entre chaque)
Au sac : Low kick – shudan mawashi – jodan mawashi – Iza geri – mae geri – Ushiro geri : Chaque coup de pied pendant 40 secondes droite puis gauche avec 15 secondes de repos
Au bouclier portatif : 1 mawashi droit/ 1 gauche puis deux…trois…jusqu’à dix et on redescend 9..8 jusqu’à un : total 200 geri …et grosse fatigue
Ce ne sont que des exemples mais chaque cours reprend ce genre d’exercices…et j’aime…
En ce qui concerne le combat, là encore je pense la même chose que Shûgyôsha.
Je parlais de combats en entraînement : avec ou sans plastron : on touche (sauf jodan zuki) les sensations, la gestion du temps, de la douleur, de la fatigue…de la crainte parfois apporte là aussi des sensations fabuleuses…
Bien entendu, certains Shotokan pratiquent ce genre d’exercices…mais comme je l’ai indiqué, pas lors des cours de certains Hombu Dojo ou Dojo (France ou Japon).
Il s’agit pour moi de passer du stade de « je peux faire si je veux ceci ou cela » au stade de « je fais »
Personnellement l’association du Shotokan (Shoto Gima Ha) et du Shinkokyushinkaï correspond à mes envies et ma recherche…
schillot
 
Message(s) : 224
Inscription : Dim Sep 17, 2006 8:17 pm
Localisation : luneville

Retour vers Au Japon

  • Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
    Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron